Naturosanté: le portail de la santé au naturel  
Le Portail de la Santé au Naturel
 
Pour recevoir gratuitement les nouvelles de Naturosanté, donnez votre adresse e-mail:   
 
Stages
 
Votre propre annonce de stage?
Cliquez ici
 
Produits
  Pack Métaphorique
Cartes OH + livre Les fraises derrière la fenêtre.


Lotus Grand
Parfaitement adapté au corps, votre dos est maintenu droit sans effort.


Votre propre annonce de produit?
Cliquez ici


 
  

Recettes   Le beurre clarifié (ghî dans la cuisine indienne) 

Pour la version imprimable, cliquez ici

  • 500g de beurre pour obtenir 300g de beurre clarifié ou ghî)

C'est la meilleure matière grasse de cuisson et qui ne brûle pas (mais il ne faut pas en abuser). En fin de cuisson on pourra ajouter 1 c. à café de beurre clarifié (ghî). Il donnera une saveur incomparable, de noisette, d'une grande finesse et fraîcheur. Dans les épiceries indiennes et asiatiques, on trouvera du beurre clarifié en boîte, mais il vaut mieux le préparer soi-même. De plus, le processus est riche d'enseignement.

On pourra prendre 500 g de beurre fermier doux et de baratte.

Notez qu'en fin de cuisson, il restera environ 300 g de beurre clarifié (ghî). A feu très doux, faire fondre le beurre dans un poêlon ou dans une casserole à fond épais (en fonte si possible ou en terre réfractaire) durant environ une heure et demie. Le beurre va commencer à bouillir et à chanter. Continuer la cuisson environ un quart d'heure, toujours à feu très doux, jusqu'à ce que les particules blanches prennent en surface une belle couleur dorée, puis tombent au fond. Le beurre va dégager alors un arôme de noisette. L'eau s'est évaporée : ne reste, c'est le rasa, l'essence, et cette saveur est incomparable.

Srimâti Vijayâlaskshmi, professeur en cuisine, ajoute souvent en cours de cuisson une feuille de laurier, ou de basilic frais, ou même deux ou trois clous de girofle.

On sortira du feu afin de laisser un peu refroidir et solidifier. Le ghî aura pris alors une belle couleur ambrée et dorée, légèrement transparente. Puis on égouttera en passant dans une passoire fine ou un tissu de coton très fin et très propre. On laissera refroidir. Mettre le ghî dans un bocal en verre bien clos. Il se conservera longtemps dans un endroit frais et sombre, ou mieux en bas du réfrigérateur. En touche finale (comme avec le vinaigre balsamique ou les feuilles d'argent), on ne mettra pas plus d'une noix de ghî par personne sur un plat de riz, de légumes secs ou en sauce, de pommes de terre, de céréales, sur certains desserts même.

Cette recette est issue du livre Saveurs - 160 recettes végétariennes et de poissons simples, rapides et diététiques par Patrick Mandala.

Allez plus loin avec les livres de recettes diététiques

Pour la version imprimable, cliquez ici

  
Rubriques
 

Accueil

Services
-Creéz votre page sur Naturosanté
- Les pages des membres de Naturosanté
- Annuaire des praticiens de médecines alternatives
- Archives lettre d'information
- Annoncer un stage

Boutiques
-Audiocaments en téléchargement
- Naturosanté Boutique

Infos
- Troubles de santé
- Alimentation
- Bien-être - Beauté
- Hygiène
- Psychologie
- Recettes diététiques
- Jardinage biologique
- Livres
- Livres audio
- Disques
- DVD
- Jeux

Chroniques
- Homeophyto.com
- Daniel André
- arc-energie - Michel
  Larroche

- Michele Freud
- Sylvie Mioso
- L'Ayurvda, L'Art d'Etre
D. S. GUINOT

- Lymphoénergie

Evènements
- Stages
- Salons, concerts, conférences, ateliers

Dossiers
Sujets d'actualité

Magazines
Magazines au numéro

Echanges
- Coups de gueule
- Témoignages

Recherche:


Catégories
Naturosanté

 
 
 
 

Inscription dans l'annuaire des praticiens de médecines alternatives      Proposer un site

  Annoncer un stage     Annoncer un évènement     Liens     Nous contacter      Notice légale     Qui sommes-nous ?

Boutique bio    Annuaire    Infos    Recettes diététiques    Alimentation biologique    Médecines douces    Dossiers    Chroniques

Copyright © 2000-2012 Naturosanté