Naturosanté: le portail de la santé au naturel  
Le Portail de la Santé au Naturel
 
Pour recevoir gratuitement les nouvelles de Naturosanté, donnez votre adresse e-mail:   
 
Stages
 
Votre propre annonce de stage?
Cliquez ici
 
Produits
  Pack Métaphorique
Cartes OH + livre Les fraises derrière la fenêtre.


Lotus Grand
Parfaitement adapté au corps, votre dos est maintenu droit sans effort.


Votre propre annonce de produit?
Cliquez ici


 
  

Jardinage biologique   La fertilisation 

Pour la version imprimable, cliquez ici

La fertilisation

La fertilisation, c'est tout ce que le jardinier fait pour maintenir ou accroître la fertilité du sol de son jardin : apports d'engrais, de compost, d'amendements divers, d'engrais verts, etc.

Que se passe-t-il si l'on "ne met rien dans son jardin" ?

Nombre de jardiniers s'imaginent bien faire en "ne mettant rien" dans leur jardin. Ils évitent, certes, certains déséquilibres, mais ils en provoquent d'autres :

  1. La baisse progressive de taux d'humus : l'humus, substance organique issue de la transformation des matières végétales et animales incorporées au sol, est le facteur principal de la fertilité d'un jardin. De façon tout à fait normale et naturelle, cet humus se dégrade en permanence, par oxydation au contact de l'air. S'il n'est pas renouvelé, il finit par disparaître et, avec lui, la capacité du sol à nourrir des cultures. La destruction de l'humus (au rythme de 1 à 3 % par an) est plus rapide :
    • dans les sols souvent et profondément travaillés (en particulier bêchage avec retournement)
    • sous les climats chauds
    • dans les sols fortement arrosés
    • dans les jardins très "propres" où l'on brûle les mauvaises herbes au lieu de les composter
    • quand on ne recycle pas dans le jardin les déchets ménagers et les résidus de récolte (fanes, racines, etc.)
    • quand on laisse souvent le sol nu.
       
  2. L'appauvrissement du sol en éléments nutritifs : ces éléments sont apportés en permanence au sol, pour une part, grâce à des phénomènes naturels. L'azote de l'air, notamment, peut-être fixé par des bactéries ou des algues présentes dans le sol et mis plus tard à la disposition des plantes. Les pluies d'orage, la neige et la pollution atmosphérique sont aussi des sources d'azote (et de souffre). Les autres éléments indispensables aux plantes ne sont pas renouvelés de cette manière : prélevés par les cultures, s'ils ne sont pas restitués, tôt au tard, apparaît une carence, c'est-à-dire le manque de tel ou tel élément. On observe alors que certains légumes ou arbres fruitiers ne poussent plus aussi bien, les feuilles prennent des colorations insolites.

Ce qu'il faut faire

Les conseils ci-dessous permettent tout à la fois l'entretien de la fertilité existante et l'amélioration progressive du terrain.

Maintenir le taux d'humus

  • recycler, par le compostage et la couverture du sol, le plus possible de résidus de récoltes (fanes, racines, pailles, etc.) et de mauvaises herbes ; c'est l'essentiel mais jamais suffisant
  • quand c'est possible, faire alterner le potager avec plusieurs années de gazon, prairie ou luzerne ; il faut savoir, en effet, que gazon et prairie créent de l'humus alors que la plupart des autres cultures en "consomment".
  • si possible, incorporer chaque année au sol 100 kg/are environ de fumier. Dans la pratique, cet apport peut être fait tous les trois ou quatre ans à une dose triple ou quadruple, avant une culture exigeante.

Assurer une juste acidité du sol

Le sol peut être acide, neutre ou basique, mais c'est au voisinage de la neutralité (pH de 6.5 à 7) qu'il est le plus favorable aux cultures potagères et fruitières.

Si le sol est très basique, en général, c'est qu'il est calcaire. Eviter alors les amendements calcaires et les engrais riches en calcium. Utiliser le souffre et l'engrais vert de moutarde.

Si le sol est très acide (pH inférieur à 6.5), apporter régulièrement des amendements calcaires riches en calcium.

Fournir au sol un appoint en éléments nutritifs

Pratiquer les engrais verts et apporter des engrais organiques ou minéraux peu solubles.

Extrait du livre "Le Guide du jardinage biologique" de Jean Paul Thorez et du "Cours de jardinage biologique" de Agrobios.

 

Pour la version imprimable, cliquez ici

  
Rubriques
 

Accueil

Services
-Creéz votre page sur Naturosanté
- Les pages des membres de Naturosanté
- Annuaire des praticiens de médecines alternatives
- Archives lettre d'information
- Annoncer un stage

Boutiques
-Audiocaments en téléchargement
- Naturosanté Boutique

Infos
- Troubles de santé
- Alimentation
- Bien-être - Beauté
- Hygiène
- Psychologie
- Recettes diététiques
- Jardinage biologique
- Livres
- Livres audio
- Disques
- DVD
- Jeux

Chroniques
- Homeophyto.com
- Daniel André
- arc-energie - Michel
  Larroche

- Michele Freud
- Sylvie Mioso
- L'Ayurvda, L'Art d'Etre
D. S. GUINOT

- Lymphoénergie

Evènements
- Stages
- Salons, concerts, conférences, ateliers

Dossiers
Sujets d'actualité

Magazines
Magazines au numéro

Echanges
- Coups de gueule
- Témoignages

Recherche:


Catégories
Naturosanté

 
 
 
 

Inscription dans l'annuaire des praticiens de médecines alternatives      Proposer un site

  Annoncer un stage     Annoncer un évènement     Liens     Nous contacter      Notice légale     Qui sommes-nous ?

Boutique bio    Annuaire    Infos    Recettes diététiques    Alimentation biologique    Médecines douces    Dossiers    Chroniques

Copyright © 2000-2012 Naturosanté