Naturosanté: le portail de la santé au naturel  
Le Portail de la Santé au Naturel
 
Pour recevoir gratuitement les nouvelles de Naturosanté, donnez votre adresse e-mail:   
 
Stages
 
Votre propre annonce de stage?
Cliquez ici
 
Produits
  Pack Métaphorique
Cartes OH + livre Les fraises derrière la fenêtre.


Lotus Grand
Parfaitement adapté au corps, votre dos est maintenu droit sans effort.


Votre propre annonce de produit?
Cliquez ici


 
  

Infos   Le four à micro-ondes : dangers réels ou superstitions ? 

Pour la version imprimable, cliquez ici

Préambule 

L’Internet regorge de mises en garde alarmantes concernant le péril que les micro-ondes font censément courir aux consommateurs. Si sonner de la trompette face aux dangers qui menacent la santé est une initiative louable, elle ne l’est qu’à la condition, bien entendu, de ni se tromper d’ennemi  ni de jouer faux !

Or, il semble pourtant que les détracteurs de cet outil ménager si pratique n’aient pas acquis les notions les plus primaires concernant le problème dont ils débattent d’un ton volontiers péremptoire. Car il ne s’agit nullement, en l’occurrence, d’un sujet philosophique ou religieux qui offrirait toute latitude d’affirmer à notre guise nos convictions viscérales personnelles ; il ne s’agit pas non plus de compiler avec jubilation secrète tout l’arsenal d’arguments négatifs divulgués sur la question, mais bien plutôt de se cantonner uniquement sur l’observation et le savoir scientifiques, celui qui est pondérable, vérifiable, analysable et qui a servi de base  justement à l’élaboration de cet appareil que d’aucuns accusent de porter préjudice à la santé de l’individu.

Deux catégories d’approches paraissent se dessiner face à un sujet sur lequel on manque d’informations : celle des réfractaires par défaut qui éprouvent l'impulsion irrésistible de se liguer systématiquement CONTRE ce qu’ils ne comprennent pas, tout simplement parce que la chose leur PARAIT à priori peu naturelle, pernicieuse, louche, suspecte et inquiétante, si ce n’est carrément machiavélique. (Le mot « ondes » comporte, il est vrai, des connotations tchernobyliennes !). Et puis l’autre catégorie d’individus, la moins peuplée bien entendu, celle qui s’accroche à l’analyse objective en jugulant en eux tout désir d’approche métaphysique ("pensée magique") et capables de la remplacer par la réflexion rationnelle ou même par l’étude du sujet, si besoin est ; car il est manifeste qu’en l’absence de connaissances de base en matière de physique électromagnétique, toute discussion sur le sujet ne peut aboutir qu’à une prolifération de polémiques sans fin, d’opinions contradictoires, extravagantes et passionnelles, fondées essentiellement sur le ressenti personnel et le besoin de croire.

Qu’est-ce que le FOM (four à micro-ondes).
Le FOM n’est pas un gadget ésotérique bourré de démons cagoulés et sombres, mais une invention basée sur l’application de données scientifiques indiscutables ; inutile, par conséquent, de s’imaginer qu’il recèle d’inquiétantes propriétés secrètes et dangereuses que les scientifiques cacheraient par complicité intéressée avec les constructeurs de fours. Quiconque se donne la peine de comprendre la mécanique intime de cet appareil se trouve, après coup, un peu ridicule d'avoir imaginé tout une litanie de théories extravagantes hors de propos face aux réalités. Pour aider à faire le ménage dans tout le fatras d’idées délirantes sur la question et acquérir une vision plus limpide et surtout plus apaisante de la mécanique du FMO, voici une mise au point qui, je l’espère, rendra sans objet toute polémique ultérieure.

Origine du FMO
L'utilisation des micro-ondes est survenue pas hasard, lorsqu’un opérateur radar avait retrouvé sa tablette de chocolat complètement fondue alors qu'elle se trouvait toute proche de son émetteur en marche. C’est ainsi que furent découvertes les vertus chauffantes des micro-ondes du radar ; l’idée fut ensuite de mettre à profit ces ondes radar via un appareil (FMO) exploitant leurs avantageuses propriétés. L'avantage immédiat de ces micro-ondes, face aux infrarouges du four traditionnel, est qu'elles chauffent dans l'épaisseur de l'aliment, tandis que les infrarouges du feu chauffent en surface et se propagent ensuite vers le centre de l'aliment par thermoconduction, processus qui est lent, donc plus coûteux en temps et en argent que le FOM.
 

Qu’est-ce que les micro-ondes ?
Les micro-ondes sont des ondes électromagnétiques de très haute fréquence (2,45 gHz) et toute la polémique concernant leurs prétendus dangers semble provenir du mot « ondes », terme apparemment emprunt d’une redoutable connotation morbide, au même titre que le mot « radioactivité ». Il convient donc de se faire d’emblée une idée précise concernant les ondes en général avant d’imaginer n’importe quoi à leur sujet ; en particulier, il ne faut pas confondre les ondes ionisantes avec celles qui ne le sont pas. Tout est là ! Seuls les rayons gamma et les rayons X. sont ionisants, toutes les autres ondes sont non ionisantes ; ces dernières sont les rayons ultraviolets (ionisants si moins de 100nm), la lumière, les rayons infrarouges (feu, soleil, four classique..) et notamment les micro-ondes. Il faut garder en mémoire que seules les ondes ionisantes ont des propriétés délétères sur la santé, mais que ce n’est pas le cas des autres, donc pas celles du FMO. C'est pourquoi il est hors de propos de percevoir les micro-ondes comme s’il s’agissait d’ondes funestes, irradiantes, radioactives, agissant sournoisement dans un monde invisible ! Du fait qu’elles ne possèdent aucun effet ionisant, je le répète, elles sont incapables de briser les liaisons chimiques au sein des cellules et notamment la chaîne ADN qu’elle contient, rupture qui est la cause directe des mutations génétiques, mais aussi des cancers par destruction des cellules ; ces micro-ondes  qui ne sont ni cancérigènes ni mutagènes, sont incapables d’émettre des « irradiations » pathogènes ; elles sont simplement absorbées par les molécules d’eau des aliments, par effet de résonance (Voir plus bas), résonance qui provoque une agitation de ces mêmes molécules, laquelle produit la chaleur. L’affaire s’arrête là ! Rappelons que tout réchauffement est provoqué par ce phénomène d’agitation moléculaire, que ce soit celui d’une cuisson au four classique ou au barbecue. Sans agitation moléculaire, il n’y a aucun réchauffement. Aussi longtemps que cette notion d’ondes n’aura pas été clairement perçue, certaines personnes n’arriveront jamais à ressentir les ondes autrement que comme des entités invisibles « radioactives » contaminantes ou irradiantes, autrement dit ionisantes ! Et tout le noyau des idées fausses, au sujet du FOM, se trouve justement ici.

LE FOUR A RAYONS INFRAROUGES

De très nombreux détracteurs du FMO font ressortir la dangerosité de ce four en signalant qu’il agite les molécules d’eau des aliments 2,45 milliards de fois par seconde ! Cela paraît horrible, en effet ; surtout si on ignore que cette agitation moléculaire est indispensable à la cuisson, même à la flamme. Si ce chiffre astronomique vous effraie, alors à combien plus forte raison vous refuseriez l’usage d’un four qui agite ces mêmes molécules 300 milliards de fois par seconde, n’est-ce pas ? Et pourtant c’est ce que font les rayons infrarouges de votre four traditionnel !

Si ce four classique s'était, dès le départ, appelé "four à rayons infra rouges" beaucoup auraient eu, à son égard, la même attitude de suspicion qu'ils manifestent aujourd’hui vis-à-vis du four à micro ondes, car ce four à rayons infrarouges (le mot « rayons » possède lui aussi une connotation machiavélique) n’est-il pas celui qu’on utilise routinièrement en toute sérénité, et qui pourtant est bien plus « énergique» que le four à micro-ondes ? Rappel : Les infra rouges, c'est tout ce qui chauffe : radiateur, flamme, ampoule électrique, four classique, soleil, etc.

Fonctionnement du FOM : Dans le corps du FOM, un magnétron crée des ondes électromagnétiques de haute fréquence. Un guide d'ondes réfléchit ces micro-ondes électromagnétiques vers les aliments. Comme toute matière, les molécules d'eau des aliments possèdent une fréquence de résonance propre, et la fréquence des micro-ondes est calculée pour justement tomber en résonance avec celle des molécules d’eau de l’aliment à réchauffer. Au moment de cette résonance, ces molécules d’eau  sont agitées 2,45 milliards de fois par seconde, certes, mais c’est considérablement moins qu’avec le four classique !

Vous savez, maintenant, que le frottement ainsi créé par cette agitation moléculaire génère la chaleur qui est à l'origine de la cuisson. Toute cuisson est due à un échauffement produit par l’agitation des molécules de l’aliment ; sans cette agitation, l’aliment reste froid ! Comme les micro-ondes n’agitent que les molécules d’eau des aliments, l’aliment ne chauffe que par la masse d’eau qu’il contient. Sans eau, pas de cuisson ou de réchauffement. Un aliment totalement débarrassé de son eau  ne chauffe pas quand il est soumis au FMO.

Les micro-ondes traversent le verre mais comme elles ne sont PAS ionisantes, elles ne peuvent en aucun cas être cancérogènes car seules ondes ionisantes peuvent l’être ! Il ne faut pas les confondre avec les ondes Gamma qui, elles, sont très ionisantes et ultra dangereuses !

 

Réponses aux critiques faites contre le FMO

La cuisson par four micro ondes produit une agitation de 2,45 milliards de fois par seconde des molécules d’eau contenues dans les aliments. Nul ne connaît les conséquences très certainement désastreuses d’un tel phénomène sur ce mode de cuisson.
Mais si, justement ! On connaît très bien les conséquences de cette super agitation moléculaire sur les aliments ! Elle les chauffe, rien de plus ! Par exemple, lorsque nous exposons notre main au soleil, elle chauffe parce que les molécules de notre peau sont agitées des milliards de fois par seconde par les ondes solaires ; c’est un phénomène bénin, tout à fait naturel et sans gravité à moins de se laisser volontairement rôtir ! N’ayez donc plus peur du vocable épouvantail « agitation moléculaire » que l’on invoque à tout propos parce qu’il est impressionnant. Ceux qui l’emploient stratégiquement sont soit ignorants ou bien ils cherchent à manipuler le lecteur.

D’accord, dira t-on, mais tout de même à la vitesse vertigineuse de 2,45 milliards de fois par seconde ! Ce qui ne peut pas être dépourvu de conséquences fâcheuses.
Puisqu’il faut insister, alors insistons : Les ondes solaires, par exemple, qui sont notamment des infrarouges pour l’essentiel, agitent les molécules de notre épiderme entre 300 milliards et 800.000 milliards de fois par seconde ! C’est-à-dire, respectivement, à des vitesses entre 122 à environ 33.000 fois plus rapidement que le four à micro-ondes sur ces mêmes molécules. De la même manière, les ondes infrarouges des fours classiques, entraînent, elles aussi, une agitation moléculaire des aliments, mais considérablement plus élevée encore que celle produite par les FMO.  Faute de savoir cela, on peut imaginer tout ce qu’on veut !

NB : Comme déjà dit plus haut, le four à micro-ondes diffuse, de manière étudiée, des ondes ajustées sur la fréquence de résonance des molécules d’eau des aliments. Les fabricants auraient tout aussi bien pu choisir la fréquence de résonance du carbone, par exemple, car les structures organiques (dont celles des aliments) possèdent toutes du carbone. Seulement cela n’aurait pas été aussi rentable, car les matières organiques possèdent davantage d’eau que de carbone. Ainsi, un steak ou une pomme de terre possède environ 80% d’eau. Il  est donc bien plus avantageux, sur l’aspect rentabilité, de faire un générateur d’ondes spécialement accordé sur la fréquence de résonance de l’eau (des aliments).

En cas de fuite, le FMO émet des radiations non ionisantes aux effets cancérigènes sur  l'organisme humain.
Il est proprement ahurissant de lire que des ondes non ionisantes puissent avoir des effets cancérigènes ! C’est comme si on disait qu’une boisson non empoisonnée possède des effets mortels.
Ce qui est potentiellement néfaste, dans les fuites des fours à micro-ondes, c’est que la puissance d’un tel four produit, par rapport au soleil, produit une plus haute densité de chaleur, au cm². Ces ondes sont invisibles et donc, on ne sait pas que l’on s’y expose avant de sentir ses effets thermiques, c'est-à-dire de la chaleur ou des brûlures, les mêmes que celles produites si on met, par exemple, la main dans un four classique. Mais il ne s’agirait, en aucun cas  de l’effet de fuites d’ondes  radioactives ou maléfiques ! Les ondes des FMO n’ont rien à voir avec les retombées de Tchernobyl ! Que ce soit le four à micro-ondes ou le four à infrarouges, (c'est-à-dire le four classique) l’effet sur la main ou toute autre partie du corps, serait celui de la chaleur et non pas l’impact de mystérieuses irradiations radioactives !

Plusieurs études entreprises et publiées dès les années 1960 mettent en évidence les faits suivants : Apparition de toxines dangereuses, cancérigènes et mutagènes dans le lait chauffé au four micro-ondes. Beaucoup de mères, si elles possédaient cette information, arrêteraient certainement de "réchauffer" les biberons de lait artificiel de leurs nourrissons.
Le lait chauffé, en effet, produit des toxines nocives, éventuellement cancérigènes, mais ceci est vrai quelque soit la façon de le chauffer ! C’est le fait de surchauffer le lait qui produit ces effets et non pas le FMO.

Les micro-ondes induisent des malformations dans la descendance. Les femmes en âge de procréer, et a fortiori celles débutant une grossesse, ne devraient pas occuper un travail exposant aux hyperfréquences ou aux écrans cathodiques qui émettent des rayons X.
Catastrophisme hors contexte et même inexact. Un four à micro ondes n’est pas une centrale Tchernobyl. Il faut savoir établir la différence entre les différentes ondes ! Soit que l’on parle de micro-ondes, qui ne sont nullement « radioactives », soit que l’on parle de rayons X. mais il ne faut pas confondre deux sujets différents. Si le tube cathodique d’un écran TV diffuse une infime quantité de rayons X, le four micro-ondes, quant à lui, n’en diffuse pas la moindre micro parcelle, même à des milliards de Watts, donc pourquoi publier de telles critiques tendancieuses ?

En 1991, une femme nommée Norma Lewitt a failli mourir, dans l'Oklahoma, des suites d'une transfusion sanguine opérée avec du sang réchauffé avec des micro-ondes.
Il est sans équivoque, ici, que l’on cherche à insinuer que le sang réchauffé au FMO contient des ondes maléfiques (radioactives ? Ionisantes ?). Or, ce n’est un mystère pour personne que le sang réchauffé au FMO ou sur le gaz, ou encore de n’importe quelle autre manière, perd forcément ses propriétés vitales et devient de ce fait inapte à perpétuer la vie.

Apparition de radicaux libres responsables de bon nombre de désordres organiques.
Qui ignore, aujourd’hui, que tout aliment qui subit un excès de chaleur produit des radicaux libres, quel que soit le mode de cuisson ? Il serait donc préférable de cuire les aliments à une température non destructive, notamment en la faisant plutôt monter lentement, avec le four classique notamment, que de la faire monter à court terme, c'est-à-dire d’une manière rapide, au prix d’une haute température transitoire sur les aliments. (FOM), autrement dit, veiller à ne pas surchauffer. Toutefois, il n’a pas été démontré que les FOM sont responsables d’une production plus élevée de radicaux libres que tout autre moyen de cuisson.

Mais le plus alarmant reste le désordre de la structure moléculaire des aliments qui sont transférés aux métabolismes: Perturbations des cycles naturels, affaiblissement des systèmes immunitaires, apparition de maladies, pertes de mémoire, affectation de l'activité électrique de nos organes vitaux.
Cet argument émerge d’un besoin de croire et surtout de faire croire que le FMO est diabolique. (Radioactif ou contaminant). On met dans le même sac, ici, rayons X, rayons Gamma et les ondes non ionisantes du FMO. Ces dernières ne peuvent engendrer aucun désordre de la structure moléculaire des aliments puisque seules les ondes ionisantes peuvent le faire.

A l'usage, des fuites peuvent s'amplifier par l'apparition de micro-fissures (dans les soudures, les joints, surtout aux angles de l’appareil), et si le grillage de la porte vitrée subit une effraction à la suite d'un choc, son maillage détérioré peut laisser s'échapper les ondes à hyperfréquences.
Cette critique procède encore de cette conviction apparemment indestructible que les ondes du FMO sont des rayonnements radioactifs et qu’il ne faut surtout pas les laisser s’échapper ! Le VRAI problème des fuites d’un four micro-ondes est que ces ondes sont directionnelles, comme un faisceau de lumière ; donc, par leur pouvoir pénétrant et chauffant, elles peuvent surchauffer localement un tissu fragile : yeux, cerveau. Toutefois, ces ondes sont un rayonnement de chaleur, tout comme celles du soleil. Si par mégarde on expose ses yeux au soleil, on s’en dégage par réflexe parce que l’on ressent une sensation de chaleur. Si, par pur hasard, les fuites du four s'orientent sur les yeux, (et on se demande bien comment, à moins de mettre le nez sur l’appareil) on va, par le même réflexe, s'en dégager. L'œil ne va pas griller instantanément s'il est exposé dans le sillage d'un rayonnement micro-onde. Il faut quand même un certain temps pour faire monter en température les quelques cm³ du vitré de l’œil, et personne ne va non plus s’insérer la tête dans le four pour s’amuser ! Il faut relativiser le danger furtif d'une exposition aux micro-ondes ; ce ne sont que des ondes de chaleur, et non pas de la radioactivité ! Le problème de fuites ne peut apparaître qu'au niveau de la porte et une porte qui pose un problème de fermeture est facilement repérable et rend le magnétron incapable de se mettre en marche (sécurité basique). Si le grillage devant la porte est cassé, cela ne peut passer inaperçu et dans ce cas, il faut porter le four pour une réparation. Mais une brève exposition, à ces fuites éventuelles, ne va tuer personne ni rendre aveugle !

Le test des cristallisations sensibles montre bien que le FMO est le mode de cuisson qui désorganise le plus l'aliment et altère son énergie vitale.
Le même test réalisé dans un four conventionnel, à chaleur strictement égale que celle produite pas le FMO, produira le MÊME effet, car seul l’effet thermique (chaleur)  est en cause et non pas l’effet ionisant puisque, une bonne fois pour toutes, les FMO n’ont AUCUN effet ionisant !

Cette dénaturation a été observée sur plusieurs catégories de nutriments.
Personne ne conteste ce phénomène puisque la chaleur d’un four traditionnel produit les mêmes effets de dénaturation (relative), mais en pire ; c’est uniquement la température, quelque soit le mode d’obtention de celle-ci, qui est en cause.  

Le FMO occasionne des accidents, avec brûlures par ingestion.
Seuls les étourdis qui avalent leurs aliments sans attendre qu’ils refroidissent se brûlent de cette manière, que ces aliments soient cuits au barbecue, dans la cheminée ou dans un FMO !

Protéines : destruction d'acides aminés (méthionine) ou transformation de leur structure les rendant non métabolisables par le corps humain (réactions d'hypersensibilité).
La dénaturation des protéines commence à partir de 65°, quel que soit le moyen avec lequel elles sont chauffées.

Ces observations, publiées en mars 1990 par la revue médicale "The Lancet", résultent d'une étude comparative sur les protéines du lait après chauffage au bain-marie et au FMO.
Les tests ne sont pas équivalents, car la graisse contenue dans le lait chauffe à plus haute température que l’eau (100° maxi pour cette dernière dans le four à micro-ondes). Dans le bain marie, la température est plus basse que 100°.

Graisses : une étude japonaise (1968) a montré que les acides gras subissent (d'autant plus qu'ils ont insaturés) une peroxydation avec formation de radicaux libres (vieillissement cellulaire, athérosclérose, favorisation du processus de cancérisation).
Ce phénomène est lié à la température et non pas à une ionisation qui scientifiquement n’a pas lieu avec les micro-ondes. Un four normal ou une poêle à frire créera ce même phénomène jusqu’à la calcination totale des graisses, et je doute que ce soit idéal pour la santé.

A supposer que l'on sache manier ces hyperfréquences de manière à ne pas chauffer excessivement l'aliment (ce que permettent aisément les cuissons à l'étouffée ou à la vapeur), ces altérations qualitatives persisteraient, car elles sont beaucoup plus dues à l'agitation moléculaire qu'à la température de cuisson.
Revoilà qu’on agite le redoutable spectre de l’agitation moléculaire ! Les infrarouges d’un four classique ou du soleil agitent, au minimum, 122 fois davantage les molécules organiques que les micro-ondes ne peuvent le faire, et il s’agit du même type d’agitation dans les deux cas. Il est, de toute façon, inconcevable de chauffer un aliment sans que cela implique une agitation moléculaire ! Sans elle, tout aliment reste froid.

De plus, il demeure un autre inconvénient incontournable lié à cette technique de cuisson: celui de l'agitation moléculaire de l'aliment qui, une fois retiré du four, va persister plusieurs minutes.
Aussi longtemps que l’on ne comprendra pas que la chaleur, quelle que soit la manière dont elle est obtenue, est TOUJOURS le produit d’une agitation moléculaire, on lira de tels raisonnements surprenants. Plus la chaleur obtenue sera élevée et plus l’agitation moléculaire le sera aussi, et donc cette chaleur se maintiendra d’autant plus longtemps que l’aliment aura été chauffé  – et ceci,  quel que soit le mode de cuisson. Il est tout à fait normal que l’agitation moléculaire persiste dans l’aliment retiré du four tant qu’il n’est pas refroidi, tout comme elle se poursuit également lorsque l’aliment est retiré d’un four classique, du gaz ou du barbecue !

Cette agitation moléculaire interfère avec nos propres cellules selon des modalités encore mal élucidées mais assurément inquiétantes.
Il s’agit, ici, d’une idée fondée sur une forme de certitude mystique imperméable aux réalités concrètes ; or, le mysticisme, aussi noble soit-il, ne doit quand même pas trop nous éloigner du réel ! Pour pouvoir affirmer qu’une agitation moléculaire interfère avec nos cellules, il faut au moins avoir analysé ce prétendu phénomène, ce qui est incompatible avec le fait de déclarer que celui-ci a lieu selon des modalités « encore mal élucidées » !

Ce type d'interaction cellulaire est d'autant plus sensible chez un organisme en croissance, donc chez l'enfant (synthèses intenses durant les premiers mois de la vie). Nous savons que les protéines du lait sont mises à mal par les micro-ondes, mais ce qu’il se passe chez le bébé dont le biberon est ainsi chauffé, « personne ne le sait ».
Alors pourquoi dire que c’est mauvais, « si personne ne le sait » ? On ne sait rien de ce qu’il se passe, mais c’est quand même mauvais. On entre dans le domaine de la pensée partisane ou de la foi. Le FOM n’est pas une religion ! Toujours la même confusion entre les ondes ionisantes et non ionisantes ! Quelle interaction cellulaire peut-il y avoir dans un aliment chauffé via des ondes qui ne sont pas ionisantes ?

Bien qu'il ne s'agisse, pour le moment, que d'une hypothèse, certains fabricants conseillent d'attendre effectivement quelques minutes avant de consommer un aliment sorti du FOM.
Oui, Il vaut mieux, en effet, attendre un peu avant de consommer un aliment brûlant !  Le but de l’auteur est ici d’insinuer que l’aliment sorti du FMO est encore saturé d’ondes censément radioactives, et qu’il est conseillé d’attendre sans doute qu’elles s’évaporent avant de commencer à manger ! A moins que l’auteur confonde les ondes du FOM aux rayons gamma, auquel cas ce n’est pas quelques minutes qu’il faudrait attendre, mais plusieurs milliards d’années !

Réchauffer votre nourriture aux micro-ondes n'est pas sécuritaire : Si vous voulez des preuves concernant cette vérité, faites cette expérience : Plantez des graines dans deux pots. Arrosez un pot avec de l'eau qui a été bouillie aux micro-ondes, l'autre avec de l'eau du robinet régulière. Les graines ayant reçu l'eau passée aux micro-ondes ne germeront pas. Si l'eau passée aux micro-ondes peut arrêter les plantes de pousser, pensez à ce que la nourriture chauffée aux micro-ondes peut faire à votre santé !
Cet « argument »  témoigne d’emblée que son auteur n’a pas lui-même fait cette expérience, ou bien qu’il n’a vraiment pas les doigts verts. Quiconque s’amuse, par exemple, à semer quelques graines de haricots ( ou petits pois qui germent vite) dans un petit pot rempli de terreau arrosé à l’eau qui a subi une ébullition au FMO (A condition, bien sûr, de la laisser refroidir), s’apercevra bien vite qu’elles lèvent allègrement, tout comme si elles avaient été arrosées à l’eau de pluie. (Si l’expérience a lieu en hiver, poser le pot sur un radiateur).  Par cet argument, l’auteur cherche à insidieusement graver dans l’esprit des lecteurs, par argument détourné, que l’eau d’arrosage qui a été chauffée dans le FMO est irradiée (radioactive ?) et empêche donc toute vie ! Car, en effet, si cette eau empêchait réellement les graines de germer, il y aurait de quoi s‘inquiéter ! Mais il n’en est rien, elles poussent sans se faire prier. Quand on tient à tout prix à diaboliser le FMO, aucun moyen, même ridicule, n’est à dédaigner - puisque de toute façon le plus grand nombre de lecteurs, on le comprend, n’ont pas les notions scientifiques suffisantes pour juger  de la valeur de tels « arguments ».  

L’usage du FMO engendre des carences alimentaires (vitamines, minéraux, oligoéléments).
Ce sont principalement les personnes qui ne préparent pas suffisamment de la nourriture fraîche et utilisent plutôt des plats préparés ou légumes surgelés qui utilisent le FMO. Or, ces aliments sont le plus souvent carencés. Avant les fours à micro-ondes, on observait que ceux qui ne mangeaient principalement que des conserves présentaient les mêmes carences qu'aujourd’hui on impute malicieusement aux fours à micro-ondes.

Donc en conclusion, la façon la plus sûre de chauffer votre nourriture est d'utiliser votre cuisinière et de vous débarrasser de votre four micro-ondes !
Une telle idée  farfelue ne saurait exister sans  la « certitude » (Je suis tenté de dire : la FOI) que les micro-ondes sont ionisantes. (C'est-à-dire, je le répète : considérées comme radioactives, irradiantes, ou contaminantes).  Scientifiquement, une telle notion est une hérésie ! Bien sûr que l'on pourrait tuer une personne avec un FMO si on pouvait la mettre dedans avec le four en marche pendant des heures, mais on obtiendrait le même effet de carbonisation avec un four classique ! C’est la chaleur intense et non l’ionisation (inexistante) qui serait la cause du décès. 

 Le four, une fois branché, même lorsqu'il ne fonctionne pas, émet un champ électromagnétique dans un rayon de 4 à 5 mètres, qui est très nocif. Cette nocivité est encore une immense inconnue.
Comment donc peut-on  intelligemment prétendre qu’une chose soit très nocive alors que cette nocivité est une immense inconnue ?

Le champ électromagnétique n’est pas spécifique au four à micro-ondes branché, mais à tous les appareils électriques dotés d’un transformateur. L’émission électromagnétique est celle du courant domestique, donc une fréquence de 50 Hz. Ainsi, toute l’installation électrique de nos maisons nous expose sans arrêt à encore bien plus de champ électromagnétique de 50 Hz que le seul four à micro-ondes, et pourtant peu de gens s’en offusquent outre mesure, ou ne diabolisent les appareils électriques. Cette pollution électromagnétique n’est pas à amalgamer avec d’autres émissions censément plus graves.

De manière générale, on confond la radioactivité avec les micro-ondes, or les micro-ondes émettent des fréquences électromagnétiques qui ne sont pas suffisamment élevées pour ioniser les aliments. Par ailleurs, la lumière qui entre dans nos yeux est elle aussi un champ électromagnétique de fréquence hautement plus élevée que les infrarouges et donc, ô combien plus élevée que la fréquence du champ électromagnétique des  micro-ondes ! Si on impute la nocivité des micro-ondes à leur fréquence, alors le rayonnement infrarouge de notre propre corps serait très nocif pour lui-même, puisque leur fréquence est plus élevée que celle des micro-ondes, et nos yeux subiraient une destruction encore bien plus active par la lumière que les micro-ondes ne pourraient le faire, à puissance électromagnétique égale.

Le FMO transforme les acides aminés L en acides aminés D.
Oui, comme le fait toute chaleur élevée, donc aussi celle produite par le four traditionnel. Plus que la chaleur, c’est la haute chaleur qui est responsable de la destruction (relative) de certains éléments nobles des aliments. Le four à micro-ondes peut chauffer plus rapidement que le four traditionnel, mais pour cela il va élever très haut la température sur une courte période de temps. Comme dit plus haut, l’énergie est conservative. S’il faut tel travail (l’énergie sur une période de temps constitue un travail) pour réchauffer un aliment, qu’importe le temps pour arriver à ce résultat, mais par contre l’aliment ne va pas subir les mêmes effets avec une cuisson longue et tempérée, (four classique) par rapport à une cuisson courte à haute température transitoire. Il est donc préférable (mais pas interdit) de ne pas utiliser la cuisson rapide du FMO pour certains aliments, notamment ceux contenant de la graisse car celle-ci peut surchauffer, alors que les molécules d’eau des autres aliments ne chauffent jamais à plus de 100°. Il ne faut pas oublier, non plus, que les FMO sont surtout utilisés pour RÉCHAUFFER les aliments et non pas essentiellement pour les cuire.

Le plastique chauffé au micro ondes libère ses phtalates dans l'alimentation ; ces phtalates sont des perturbateurs hormonaux, des pervertisseurs endocriniens.
Il semblerait, en effet, qu’il en soit ainsi ; aussi vaut-il mieux s’abstenir de consommer des aliments qui ont chauffé dans du plastique, mais que ce soit au micro ondes ou autrement (bain-marie, par exemple) ne change rien. Le FMO n’est donc pas à incriminer en l’occurrence mais le plastique chauffé.

Ma conclusion sur ce sujet est que les détracteurs anti micro-ondes sont d'avance convaincus que les micro-ondes sont nocives, radioactives, tout comme les rayons gamma ! Ce qui est scientifiquement faux. Ils imputent, au mode de cuisson par FMO, une détérioration alimentaire qui n’est imputable qu’à la chaleur nécessaire pour cuire ou réchauffer les aliments. La vraie recherche devrait être celle qui consiste à déterminer la température que les différents aliments peuvent supporter avant que ne commence la décomposition pyrolytique, causée aussi bien par la cuisson conventionnelle que par celle aux micro-ondes. Pour résumer, tout champ électromagnétique à partir de 1 Hz jusqu’à la gamme supérieure de la lumière visible ne détruit pas les tissus biologiques par brisure des chaînes moléculaires. Cette destruction commence avec les Ultraviolets, puis les rayons X et enfin avec les fréquences supérieures, c'est-à-dire le rayonnement Gamma. Ainsi, en deçà de la bande supérieure de la lumière visible, AUCUN rayonnement électromagnétique n’est apte à ioniser la matière, donc à avoir des effets cancérigènes ou mutagènes.

Avantages du FOM :
Les modifications induites par la chaleur sont d'autant plus importantes que la température est élevée et que le temps d'exposition à la chaleur est long.

  • II faut donc éviter les grillades et les fritures qui se situent entre 300 et 700 °C.
  • II faut éviter le four classique qui atteint 300 °C.
  • II faut éviter la cocotte minute qui atteint jusqu'à 140 °C
  • II convient de préférer la cuisson à l'étouffée ou à la vapeur douce.

Le four à micro-ondes, quant à lui, élève la température pendant un temps très court, et à moindre température (à l’exception des aliments contenant des graisses, mais cette « surchauffe » peut tout aussi bien avoir lieu, si ce n’est davantage, avec tout autre moyen de cuisson).

NOTES DIVERSES

Il est préférable de ne pas faire tourner le micro ondes sans charge (à vide) car cela crée des ondes stationnaires que le magnétron ne peut pas longtemps supporter ; cette puissance à vide (une puissance émise sans charge s’appelle puissance à vide), lui retourne directement dans la « figure »). Laisser un bol d’eau dedans au cas où un enfant (ou un adulte distrait) appuierait sur le bouton de démarrage.

Ne pas faire

  • N'utilisez pas les micro-ondes pour frire à très haute température: l'huile pourrait brûler.
  • Ne pas saupoudrer du sel sur la nourriture avant la cuisson: l'aliment risque d’être desséché par endroits.
  • Ne pas faire cuire ou bouillir des œufs avec la coquille: ils pourraient exploser. Il en va de même pour les tomates, pommes, pêches, pommes de terre, etc. Percer leur membrane permet d'évacuer la vapeur et d'éviter leur éclatement.

©Daniel ANDRÉ  2008

Pour la version imprimable, cliquez ici

  
Rubriques
 

Accueil

Services
-Creéz votre page sur Naturosanté
- Les pages des membres de Naturosanté
- Annuaire des praticiens de médecines alternatives
- Archives lettre d'information
- Annoncer un stage

Boutiques
-Audiocaments en téléchargement
- Naturosanté Boutique

Infos
- Troubles de santé
- Alimentation
- Bien-être - Beauté
- Hygiène
- Psychologie
- Recettes diététiques
- Jardinage biologique
- Livres
- Livres audio
- Disques
- DVD
- Jeux

Chroniques
- Homeophyto.com
- Daniel André
- arc-energie - Michel
  Larroche

- Michele Freud
- Sylvie Mioso
- L'Ayurvda, L'Art d'Etre
D. S. GUINOT

- Lymphoénergie

Evènements
- Stages
- Salons, concerts, conférences, ateliers

Dossiers
Sujets d'actualité

Magazines
Magazines au numéro

Echanges
- Coups de gueule
- Témoignages

Recherche:


Catégories
Naturosanté

 
 
 
 

Inscription dans l'annuaire des praticiens de médecines alternatives      Proposer un site

  Annoncer un stage     Annoncer un évènement     Liens     Nous contacter      Notice légale     Qui sommes-nous ?

Boutique bio    Annuaire    Infos    Recettes diététiques    Alimentation biologique    Médecines douces    Dossiers    Chroniques

Copyright © 2000-2012 Naturosanté