Naturosanté: le portail de la santé au naturel  
Le Portail de la Santé au Naturel
 
Pour recevoir gratuitement les nouvelles de Naturosanté, donnez votre adresse e-mail:   
 
Stages
 
Votre propre annonce de stage?
Cliquez ici
 
Produits
  Nutri'ô
Minéraux et Oligo-éléments d´origine fossile végétal.


Lotus Grand
Parfaitement adapté au corps, votre dos est maintenu droit sans effort.


Votre propre annonce de produit?
Cliquez ici


 
  

Infos   La maladie de Charcot 

Pour la version imprimable, cliquez ici

Deux maladies neuromusculaires sont souvent confondues car leurs symptômes sont similaires au début de la maladie.

  1. La maladie de Charcot, maladie sclérosante du système nerveux, de cause inconnue.
  2. La maladie de Charcot Marie Tooth, maladie dégénérative, héréditaire du système nerveux périphérique (quatre membres) qui ne diminue pas l’espérance de vie mais qui est invalidante.

Sommaire :

1.    Descriptions cliniques et symptômes :

2.    Origine : stress et hyper activité :

3.     Prendre soin du mental pour guérir le corps :

4.     La nutrition : un impératif :

a.    Tempérament de la personne :

b.     Influence de la digestion :

c.     Estomac, foie et intestins : 3 éléments essentiels ;

5.     Conseils alimentaires :

6.    Exemples pour les  trois repas de la journée :

a.     Notions essentielles à mémoriser :

b.    Matin :

c.    Midi :

d.    Soir :

e.     Les compléments alimentaires :

7.    Conseils pour le mental :

8.    Exercices physiques :

9.    Est-il possible de remédier à la fragilité ? 

10.          Conclusion :

11.         Annexe : information sur l’Aspartame :

1. Descriptifs cliniques et symptômes :

Elle est due à un défaut de myéline et des nerfs périphériques qui ne jouent plus correctement leurs rôles d’isolant de l’axone. Il en résulte une baisse de vitesse dans la propagation de l’influx nerveux. Certains muscles moins innervés, s’affaiblissent alors.

2. Origine : stress et hyper activité : 

Toutes ces personnes ont subi dans leur vie récente un violent stress, la disparition d’un être cher, un événement violent ou l’accumulation d’un énorme stress oppressif.

Il semble que cela concerne aussi les personnes ayant franchi un surpassement de leur capacité à l’effort, étant allées de ce fait très au-dessus de leurs limites et ce, de façon répétitive.

A chaque fois, le malade subit intensément la situation ou l’acte, le conduisant à une sévère dépression ou à une fatigue intellectuelle profonde, au cours de laquelle, il va perdre sa joie de vivre et s’enfoncer dans une sorte de léthargie. Quand il en sortira, ce ne sera que très profondément affecté. Quelques mois plus tard, la maladie se déclenchera.

Si l’on considère la rapidité de l’évolution de cette maladie, on ne peut s’empêcher de faire le rapprochement avec la violence du choc à l’origine et la perte de l’envie de vivre du malade, pour qui la vie devient un dégoût. Aussi l’entourage va devoir tout tenter pour apporter joie et réconfort afin de contrebalancer l’effet violent et traumatisant, responsable du déclenchement de la maladie. Il est important que le malade retrouve goût à la vie et surtout l’envie de se battre, car tout espoir n’est pas perdu.

 Pour certains, ce sera l'abattement. Pour d'autres, à l'inverse, s'installera progressivement une phase de découragement, puis de révolte et enfin une volonté à vouloir vaincre la maladie.

3.Prendre soin du mental pour guérir le corps :


Comme dans l'ensemble des maladies lourdes, ce sont les esprits ou caractères forts qui ont le plus de chance de s'en sortir. Le mental est le meilleur médicament du corps, suivi de l'hygiène de vie qui repose elle-même sur une bonne hygiène alimentaire et physique, et surtout.. l'amour.
Stephan Stangaciu, un apithérapeute roumain, disait dans une de ses conférences : "N'oubliez pas l'amour, donnez-vous beaucoup d'amour et donnez de l'amour aux autres".

Donner de l’amour autour de soi ne fatigue pas. Au contraire, cela procure un bonheur et une légèreté d’esprit qui freine l’esprit d’abattement susceptible de s’installer. Spontanément, on ne se concentre plus uniquement  sur ses propres problèmes et on trouve cet idéal porteur dont nous avons tout besoin pour donner du sens à notre vie.

  A cette vérité, on peut ajouter: Ne rien attendre en retour pour n’être jamais déçu. Si par miracle, un jour, une personne renvoie l'ascenseur, jaillissent en vous des larmes de plaisir, de joie et de bonheur. Le système de fonctionnement de notre société et l'amour mercantile de l'argent, des richesses et par la même façon, d'un certain pouvoir, trompe l'humain et le détourne des valeurs simples et pourtant, oh combien bénéfique pour l'âme ! Combien de personnes dépourvues de tout savent donner, ne serait-ce qu'un sourire amical sincère ?

Pour les personnes en couple, préserver l'amour est un dur combat, mais comment la personne seule peut-elle parler d'amour si son conjoint l'a abandonné, si elle est veuve ou célibataire ?
Le secret de la vie repose dans ce cas sur l'amour du prochain. Une personne diminuée physiquement par la maladie peut apporter beaucoup d'amour à des personnes qui souffrent d'une autre manière qu'elle, souvent dans le silence et l'isolement.
La joie et la patience sont deux autres qualités à cultiver, même si la maladie rappelle tous les jours à l'ordre.

Se fixer un nouvel objectif de vie ! Si la maladie risque de briser la vie, réagir sans tarder. Peut-être cela devra passer par l’abandon de certains projets : « Adieu veaux, vaches, cochons, couvées.. » Dirait La Fontaine, mais qu'importe ou plus exactement, qu'y a-t-il de plus important que de préserver et renforcer l'amour, y compris du couple ?

4.La nutrition : un impératif :

La nutrition est un élément clé pour lutter contre la fatigue, ainsi que pour les problèmes de phonation, de crampes et de douleurs.

L’alimentation et la nutrition jouent un rôle capital pour les biens portants, à plus forte raison chez les personnes atteintes de maladies neurodégénératrices comme la sclérose latérale amyotrophique.

       a.Tempérament de la personne :

Un des facteurs aggravant est le tempérament, qui lui aussi peut être influencé et modifié au fil des ans.

Le tempérament d’une personne jeune, dynamique, évoluera obligatoirement parce qu’elle sera obligée de s’adapter aux évènements que lui réserve la vie, ce qui veut dire que l’on peut modifier petit à petit sa façon d’être et sa gestion de la vie.

Rien n’est fixe, tout est mouvement. Vous pouvez aller dans le sens que votre corps réclame si vous l’écoutez ou dans les sens qui vous plaisent, ou que vous avez toujours suivi.

En fait, c’est un peu comme une voiture. Elle a besoin d’un entretien régulier pour pouvoir rouler les jours où vous en avez besoin. Si le moteur ne fonctionne pas bien, il ne tombe pas encore en panne, mais il fume. Avec le temps, il fumera de plus en plus et encrassera tous les circuits d’échappement jusqu’au jour où c’est un grand feu qui se déclare.  Les pompiers viennent, éteignent le feu, et tout semble rétabli, du moins en apparence. En réalité le feu continue à couver et il brûle tout l’intérieur. Tout à coup, tout s’écroule, car les structures internes n’existent plus, tout à brûlé sans que personne n’ait pu mesurer le danger.

Pour une personne, c’est pareil.  Il faut comprendre que nous devons entretenir notre corps du mieux que nous pouvons pendant que nous allons bien. Lorsque nous ne sommes pas bien, la capacité d’utiliser ce que nous apportons chaque jour est très faible. Si nous n’en tenons pas compte, nous nous mettons en indigestion et nous aggravons notre problème. Nous chargeons notre corps de toxines, qui s’accumuleront dans les muscles et dans les centres nerveux

Ces toxines empoisonneront ces centres, et les détruiront petit à petit.

Lorsque nous n’allons pas bien, nous ne savons plus ce que nous devons faire pour aller mieux, nous ne sommes plus objectifs et nous n’avons plus la force de réagir immédiatement, le système nerveux déprime.

A ce moment là apparaît la maladie.

         b.Influence de la digestion :

La santé, en général, dépend de la digestion des aliments, c’est le carburant de notre moteur : plus la capacité d’assimilation de la muqueuse intestinale est importante, mieux l’on digère et meilleur sera l’état général.

Lorsque la muqueuse est de bonne qualité, les déchets alimentaires ne deviennent pas toxiques et ne l’attaquent pas. Par contre si cette muqueuse est agressée, elle devient poreuse et laisse passer dans le sang les toxines, qui entraînent un empoisonnement général.

Ces toxiques s’accumuleront à des endroits donnés, suivant les tempéraments, et, à la longue, détruiront des cellules.

Si ce sont des cellules nerveuses, celles ci désorganiseront les commandes et les fonctions qui dépendaient d’elles. Nous comprenons mieux pourquoi des maladies neuromusculaires peuvent alors s’installer.

J’ai constaté maintes et maintes fois que tous les malades atteints de maladies dégénératives, de Charcot, Charcot Marie, de Parkinson, de polyarthrite, de Sclérose en plaque, étaient gênés, pendant les années précédentes le déclenchement de leur maladie, par des problèmes digestifs qui se traduisaient par des fatigues chroniques, des réactions allergiques (nez qui coule ou nez bouché, douleurs articulaires itinérantes, eczéma, fragilité du système nerveux, angines à répétition, crampes musculaires, douleurs, déprime).

Ces personnes n’éprouvent pas forcément de difficultés digestives telles que nous les connaissons. Apparemment tout passe bien, mais les manifestations se traduisent autrement, par exemple des douleurs ou raideurs articulaires, des crampes ou des problèmes de peau, ou simplement des difficultés à garder le moral.

Toutes les personnes, en général, croient que leurs problèmes de santé leur arrivent sans qu’ils y puissent quelque chose. Rares sont les gens qui comprennent que nous construisons notre santé pendant toute notre vie. Certes, le facteur héréditaire n’est pas modifiable, mais nous pouvons l’aggraver en persévérant dans les habitudes qui ont amené ce  problème au fil des générations ou stopper, au maximum, le processus en vivant un mode vie adéquat.

         c.Estomac, foie et intestins : 3 éléments essentiels :

Chaque fois que vous ne digérez pas bien, que vous avez mangé plus que vous ne pouvez digérer, que vous êtes fatigué, votre estomac, foie, intestins fonctionnent au ralenti et perturbent d’autres organes. Par exemple, lorsque l’estomac a des difficultés à digérer(la fatigue, le stress bloquent ses sucs digestifs), le foie et les intestins ne peuvent pas non plus faire leur travail et c’est souvent les poumons qui sont en difficultés (souffle court, mal à inspirer) pour les maladies neuromusculaires. Ce qui se traduit par un manque d’oxygène sanguin, suivi immédiatement par un manque de concentration et une perte de force musculaire.

  •        Les intestins fonctionnant mal provoque généralement de la fatigue, des douleurs dans le bas du dos, et coupent les forces dans les jambes.
  •        Le foie en difficulté donne des douleurs musculaires, de la nuque ou des articulations.
  •        L’estomac qui ne fonctionne pas bien bloque souvent le plexus solaire, les intestins et le foie. Les blocages de l’estomac sont souvent en relation avec le stress, ou le fait de manger trop vite ou  en pensant à autre chose. Vous le soulagerez en mettant une bouillotte sur le ventre ou sur l’estomac.

Si vous laissez cette situation s’installer, ce que vous êtes en train de perdre sera définitivement perdu, alors que, si vous réagissez immédiatement en rétablissant vos fonctions digestives le plus rapidement possible, vous retrouverez votre vitalité d’avant les problèmes digestifs.

La preuve en est que souvent les personnes me disent : « Lorsque je ne mange pas ? Je me sens bien. Pourquoi faut-il manger ? »

Après beaucoup de recherches et d’analyses, la médecine découvrira de quelle maladie vous souffrez. Ce n’est pas si simple : les symptômes sont diffus, beaucoup de maladies sont possibles avec les mêmes symptômes.

On se focalise sur les conséquences de la maladie, mais pas suffisamment en amont, sur certains organes comme le foie, l’estomac, les intestins qui peuvent être, en grande partie, responsables de la fatigue chronique. En médecine chinoise, nous apprenons qu’il n’y a pas de plus grosse fatigue  que la fatigue venant d’un foie surchargé.
A ce sujet, le Dr C. Kousmine (cf.
Sauvez votre Corps) faisait remarquer que, lorsqu'un trop plein de substances toxiques agit en débordement de la capacité de neutralisation du foie, il est rejeté dans les intestins. La muqueuse intestinale devient alors altérable, poreuse, ouvrant ainsi une baie géante à l'intoxication de l'organisme, qui doit alors lutter énergiquement.

Généralement les personnes atteintes de maladies neuro-musculaires ont eu, dans le passé, des manifestations allergiques, comme l’eczéma, le rhume des foins, l’asthme.

Après maintes recherches et essais , voici ce qu’il en résulte :

1.   Les poussées ou crises, que ce soit douleur, paralysie, fatigue ou aphonie, sont généralement liées à des problèmes digestifs qui provoquent des effets secondaires, un peu comme des allergies, mais dont les effets, pour une erreur commise, peuvent durer d’un à trois mois.

2.   Les aliments mal tolérés sont : les acidifiants, dont l’alcool, le vinaigre, la moutarde, le sucre, le chocolat, tous les produits laitiers, le gluten, les viandes.

3.    Tous ces aliments créent une réaction acide qui attaque la gaine de myéline protégeant le système nerveux, et qui est déjà très fragilisé dans les maladies neuro musculaires.

4.    Les malades Charcot, ou les malades neuromusculaires en général, ont toujours des difficultés digestives. Les sucs digestifs sont toujours insuffisants ; la réaction chimique n’est donc pas suffisante pour transformer et rendre utilisables, pour l’organisme, les aliments ingérés.

5.   De plus ces malades éprouvent un besoin irrésistible de manger : plus la digestion est défectueuse, plus grand est le besoin de manger, comme un appel de vide, ce qui fatigue encore plus le système nerveux. Ceci est dû à la muqueuse enflammée, qui a besoin d’un contact, comme une pommade pour être soulagée. C’est le cerveau qui déclenche la libération des sucs digestifs. Donc, si les organes digestifs sont surchargés et irrités, les nutriments ne pourront jamais être rendus utilisables pour nourrir le système nerveux, et celui-ci, par retour, ne sera pas efficace pour commander le déversement de sucs digestifs suffisants pour digérer les aliments de la sphère viscérale. Ces aliments deviendront obligatoirement toxiques et se conduiront comme des poisons dans l’organisme. Ces poisons attaqueront la partie la plus vulnérable de l’organisme, notamment le système nerveux pour les maladies neuromusculaires.

6.    Ces mêmes poisons produiront des toxines dans les intestins qui les enverront dans tout l’organisme, ils s’accumuleront dans les tissus, d’où les douleurs, qui occasionnent de la fatigue et une diminution des forces musculaires.

5. Conseils alimentaires :

Il est conseillé de résister, coûte que coûte, au besoin de manger sans faim, de grignoter, même si ce sont de bonnes choses comme des fruits. Mangez les à des repas de fruits, mais pas sans arrêt, sinon vous sollicitez sans cesse votre système nerveux inutilement.

Il faut que vous vous habituiez à avoir constamment une petite sensation de faim car, lorsque vous n’avez plus faim, vous êtes déjà en trop plein.

Vous ne le sentez pas tout de suite, il faut bien une demi-heure après le repas, pour que vous puissiez commencer à voir que vous avez, encore une fois, trop mangé.

Boire un peu de tisane chaude après le repas augmente la production d’enzymes nécessaire à la digestion.

Chez le neuro-arthritique, la sensation de satiété met du temps à être perçue, il faut bien une demi-heure, voire plus. Passé ce délai, la sensation de faim disparaît et la digestion se met en route seulement à ce moment là.

Une heure à une heure trente après le repas, vous pouvez avoir très soif, si vous buvez à ce moment là, vous diluez les sucs digestifs, vous ralentissez la digestion. La soif, à ce moment, vous dit que le foie entre en action et qu’il peine à exécuter le travail digestif demandé. C’est pour cela qu’il faut toujours surveiller le foie et ne pas le mettre en surcharge, car vous ne comprendrez pas pourquoi, tout à coup, vous commencez de nouveau à avoir des douleurs ou des crampes musculaires ou de la fatigue.

Attention ! Lorsque vous mangez vite ou que vous ne réfléchissez pas à ce que vous mangez, la sensation de satiété sera encore plus longue à se manifester. Alors, prenez garde à bien mastiquer.

Pour les personnes luttant pour perdre du poids, un conseil : ne mangez plus rien après le repas de midi, buvez lorsque vous avez soif, mais ne mangez plus, ce sont les repas de l’après-midi et du soir qui chargent l’organisme et seront stockés, particulièrement pour les maladies neuro musculaires.

Pendant le repas de famille du soir, éloignez-vous, occupez-vous ailleurs, n’essayez pas de vous mettre à table avec tout le monde.

Si votre mobilité se réduit, vous ne pouvez pas utiliser trop de calories, ce dont vous avez le plus besoin se sont des vitamines, des minéraux, des acides gras poly-insaturés, donc des légumes, des fruits, des oléagineux. L’apport et la qualité de l’huile sont primordiaux, en tant qu’anti-oxydant qui protège et nourrit les conductions nerveuses et la gaine de myéline.

Supprimez toute huile chauffée, toute margarine ; ce sont des destructeurs de la qualité de la muqueuse intestinale et de la gaine de myéline du système nerveux. La muqueuse intestinale deviendra poreuse et la gaine de myéline disparaîtra petit à petit. Or c’est elle qui permet d’isoler les nerfs orthosympathiques, c’est elle qui assure la conduction et la qualité des informations nerveuses.

En prenant des anti-oxydants, des vitamines naturelles, des minéraux assimilables, du pollen frais, vous augmenterez la capacité de défense du système immunitaire.

Mastiquez longuement, n’avalez jamais sans vérifier si tous les aliments sont bien réduits en purée dans votre bouche. En effet, le but de la mastication est de réduire les aliments en purée le plus finement possible, de manière à augmenter leur imprégnation par la salive et ensuite par tous les sucs digestifs, sinon la digestion aura du mal à être efficace, et produira fermentations et toxines.

Les minéraux, les vitamines, les acides gras poly-insaturés sont emprisonnés dans les fibres des aliments. Ils seront libérés par la mastication qui meule les fibres.

Les  morceaux d’aliments qui arrivent dans l’estomac et qui sont insuffisamment broyés créent des fermentations, des inflammations de toutes les muqueuses digestives.

 Supprimer tabac et alcool, principaux pourvoyeurs de cancers, de la sphère orale en particulier.

Supprimez le glutamate (E 620 à E 625) et l’aspartame car ce sont des poisons du système nerveux, des acidifiants de tous les liquides du corps, des toxiques très puissants, présents un peu partout dans notre alimentation moderne. Faites particulièrement attention aux plats et produits finis (pâtes, sachets pour soupes, pâtes à tarte, conserves, produits lyophilisés, etc.).
- Révisez votre alimentation en diminuant ou, mieux, en bannissant les sucres et la viande, les produits laitiers responsables de fermentations intestinales, sources d’auto empoisonnement.
- Neutralisez l’acidité (équilibre acido-basique), facteur principal de perturbation électrique dans la bouche, cause d’intoxication aux métaux lourds d’origine dentaire (plus il y a d’acidité, plus les métaux lourds forment des précipités et se fixent dans les tissus). Le stress est un des plus grands pourvoyeurs d’acidité. Manger vite, sans réfléchir à ce que vous mangez, empêchera la transformation chimique des aliments : le cerveau ne peut pas commander aux organes de déverser, en quantité suffisante, les enzymes digestives. Des acides de fermentation se forment et acidifient tous les intestins et le sang.

Pour favoriser et économiser la production de la myéline autour de la gaine des nerfs, les aliments utiles sont les acides gras poly-insaturés. Utilisez une huile de bonne qualité, mais surtout non chauffés, et des oléagineux, en quantité raisonnable, sinon ils surchargent le foie.

Evitez les aliments acidifiants, notamment les plus acides :produits animales et sucre.

6.Exemples pour les trois repas de la journée :

            a.Notions essentielles à mémoriser :

Il est difficile de garder toujours une règle de vie sans écart, mais il faut savoir que les personnes atteintes de maladies dégénératives se remettent très difficilement de ces écarts, il leur faut beaucoup de temps. Un écart se paie souvent très cher.

Ainsi, pour un repas contenant du sucre rajouté, la remise à niveau peut prendre de sept à vingt et un jours, pour un seul repas.

            b.Petit déjeuner :

Ce repas important conditionne la digestion de la journée. Se mettre en indigestion le matin coupe les forces, et provoque des douleurs pour toute la journée.

Les tempéraments neuro-arthritiques supportent très mal les farineux, surtout le matin à jeun. Ils ont de la difficulté à basifier leur bol alimentaire, car leur système nerveux produit beaucoup d’acides. Le matin, leur commandes neuronales sont ralenties par rapport à toute la masse viscérale, elle est encore en sommeil et prend du temps pour se mettre en route.

Donc, s’ils absorbent immédiatement des farineux, ceux-ci auront tendance à fermenter et produiront une indigestion.

Le meilleur choix est de commencer à boire un verre d’eau tiède en se levant, puis de passer à la salle de bain, et de manger seulement ensuite.

Le plus facile à assimiler le matin pour un neuro-arthritique, sont les légumes, non les fruits.

Vous mangez ces légumes sous la forme souhaitée.

Cela peut être un jus de légumes tiédi : il ne faut pas refroidir l’estomac. Pas un jus de tomates, la tomate est acide et un peu lourde pour le foie, le matin, à jeun.

Cela peut être une salade de carottes (que vous pouvez tiédir)ou d’autres légumes râpés très fins ou mixés, de manière à arriver dans l’estomac en purée fine et non pas en morceaux qui risquent d’être agressifs pour la muqueuse

Les légumes crus le matin sont beaucoup mieux tolérés et apportent plus d’énergie pour les neuro-arthritique.

Cela peut être une soupe de légumes, préférables aux farineux ou aux excitants.

Le neuro-arthritique a besoin de plus de protéines, donc vous pouvez compléter les légumes avec des légumineuses comme lentilles, haricots, soja, pois chiche, haricots azukis (haricot japonais), galette de sarrasin. Vous pouvez aussi manger un œuf ou du poisson, si cela vous convient.

         c.Repas de midi :

Le neuro-arthritique a besoin de beaucoup de légumes crus, mais il faut qu’ils soient réduits en purée ou mixés.

Les légumes crus apportent plus de vitalité, ce sont des aliments vivants. Choisissez-les de bonne qualité, pour avoir un plus grand apport de vitamines, de minéraux, ainsi que d’enzymes.

Ne mangez pas glacé, faites tiédir tout ce qui sort du réfrigérateur.

Commencez votre repas de midi par des légumes crus.

Puis faites un légume cuit, une légumineuse (lentilles, haricots, azukis, pois chiche) qui constitue l’apport protéique dont vous aurez besoin. Le neuro-arthritique a besoin de beaucoup de protéines, et les protéines végétales sont plus faciles à digérer. Ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut pas de protéines animales du tout. Le poisson est généralement bien supporté.

Mais évitez de manger des protéines animales au petit déjeuné et à midi. La meilleur chose à faire est d'intervertir les protéines animales et végétales sur les repas du matin et du midi.

 Ceci n’est pas une règle, simplement une suggestion pour les personnes qui auraient faim en mangeant uniquement des légumes le matin.

Tout cela peut se traduire ainsi :

Légumes crus en entrée

Légumes cuits + pommes de terre + poisson

Ou

Légumes crus en entrée

Légumes cuits + céréales sans gluten (riz complet, millet, quinoa, sarrasin, amarante) + légumineuse

Les céréales ne doivent pas dépasser ¼ de la ration totale.

Oubliez tout dessert, toujours trop sucré.

       d.Repas du soir :

Mangez léger.

Une soupe ou un légume cuit ou les deux plus un peu de céréales sans gluten. C’est le soir que les céréales, en petites quantités, se digèrent le mieux pour les neuro-arthritiques.

Le repas du soir, lors d’une activité réduite, charge facilement l’organisme qui stocke le trop plein inutile tout de suite. Le neuro-arthritique a des difficultés à réutiliser les réserves stockées ; il aura des problèmes énormes à perdre du poids, surtout en vieillissant, le cerveau ne commandant pas la libération des stocks.

Donc, soyez très vigilants pour le repas du soir : il est souvent plus facile de ne pas se mettre à table que de dire :  « Juste un peu », les neuro-arthritiques ne peuvent pas gérer un peu le soir.

C’est alors qu’ils ont besoin du soutien de leur famille, il ne faut surtout pas qu’elle mette la pression pour qu’ils fassent comme tout le monde.

Le combat avec soi-même est déjà assez difficile.

Il vaut mieux ne pas avoir à la maison tout ce qui ne correspond pas à la personne malade, il serait souhaitable que tout le monde participe et mange le plus rapprochant possible de la personne atteinte, la famille ne se portera que mieux. Il ne sert à rien de dire, « vous expliquez, il comprendra ». Cela ne suffit pas en tant qu’accompagnement, il faut que tout le monde joue le jeu.

Au niveau émotionnel, il est impossible de se battre sur tous les fronts.

Le digestif, l’émotionnel et le nerveux se donnent des messages aller-retour sans arrêt. Si l’un ne va pas, l’autre ne pourra pas aller. La médecine chinoise dit : «Qui est mal dans son ventre est mal dans sa tête » et vice-versa. La constipation ou la diarrhée illustrent à merveille cette théorie.

De même pour les apports en minéraux, vitamines et autres compléments alimentaires : ils doivent être apportés régulièrement et quotidiennement pour être efficaces et utilisables à long terme. Méfiez-vous des vitamines synthétiques et des minéraux à leurs états bruts, c’est à dire qui n’ont pas étés rendus assimilables par les plantes. Les apports synthétiques auront des effets rapides mais avec des effets secondaires à long terme.

Surtout restez optimiste, regardez la réalité en face, restez le plus autonome possible, ne baisser jamais les bras. Ce que l’on ne peut faire un jour, pourra être fait un autre jour.

Chaque matin il faut être content de ce que l’on peut faire. En bref, il faut vivre pleinement le moment présent.

Les neuro-arthritiques ont besoin de plus de protéines, mais il faut que ces protéines soient assimilables par son organisme fatigable.

Les protéines les plus facilement dégradables sont les protéines végétales. Le poisson est généralement bien toléré contrairement aux fruits de mer.

Il faut faire le maximum pour ne pas fatiguer l’état général par une digestion laborieuse, sinon l’énergie nécessaire sera prise sur la force générale disponible et, à ce moment là, les forces musculaires seront diminuées ; la fatigue s’installera et les douleurs augmenteront.

        e.Les compléments alimentaires :

Les compléments alimentaires sont nécessaires car des carences dues à une assimilation déficiente se sont installées pendant des années, voire toute une vie, et il faut augmenter les apports journaliers en vitamines, minéraux, acides gras poly-insaturés.

Il n’y a pas de remède miracle ; chaque être, avec son tempérament, son code génétique, assimile les nutriments à sa façon ; c’est pour cela qu’il vaut mieux être conseillé par un thérapeute expérimenté.

Voici quelques produits de base qui aident à augmenter l’assimilation et sont riches en nutriments bio disponibles.

Le « Pianto » apporte les minéraux, les acides aminés indispensables, difficilement utilisables dans l’alimentation. C’est en plus un rééquilibrant et un draineur hépatique, il active les échanges cellulaires, donc il augmente l’immunité . Le Bio St Joseph qui l’accompagne corrige l’assimilation là où elle fait défaut. Ce sont des apports nécessaires pour compléter notre alimentation carencée.

« Lactospectrum », du laboratoire « le Stum », a une action spécifique sur les intestins en agissant sur la flore et sur la qualité de la muqueuse.

« Vectoméga », du laboratoire « Le Stum », agit sur la qualité de la gaine de myéline.

« Pollen frais Perci du Sert », (le pollen sec n’est pas suffisamment efficace) il agit en tant qu’enzymes sur la bio disponibilité des aliments.

« Ultraclear PH », du laboratoire « Bio Nutrics », agit en tant qu’ anti-inflammatoire cellulaire.

« Immubalance », du laboratoire « Bio Nutrics », est un anti-inflammatoire cellulaire, il relance le système immunitaire, il complète « ultraclear PH ».

Toutes les vitamines, notamment la vitamine C, peuvent provoquer des effets secondaires si elles ne sont pas naturelles, mais la vitamine C naturelle combat les inflammations, augmente la résistance du système immunitaire, réduit les douleurs et aide à lutter contre le stress.

« Green Magma » est du jus d’herbe d’orge, un aliment particulièrement nourrissant par son apport en vitamines, minéraux, enzymes, acides aminés, antioxydants. C’est un aliment de choix pour nourrir et fortifier le système immunitaire et la résistance nerveuse.

Les gaines germées qui sont des revitalisants énormes sous forme alimentaire, des apports énormes en vitamines, minéraux assimilables et enzymes. Ce sont des aliments de premier ordre, à la portée de tous les budgets pour revivifier les organismes déficients. Ce sont les graines germées qui ont été utilisés pendant les périodes de restriction pour garder les animaux en bonne santé malgré le peu de nourriture.

7. Conseils pour le mental :

Vous voici maintenant au pied du mur, dans une situation que vous n'aviez certainement pas imaginée " dans le pire".. Cette épreuve est une véritable occasion pour démontrer la sincérité de votre amour envers tous ceux qui sont autour de vous. Ne vous laissez pas accabler par les sentiments négatifs mais, au contraire, dominez-les, car qui peut supporter un esprit abattu ? Le malade doit retrouver un cœur calme et ne pas cultiver le ressentiment. Il faut savoir tourner la page à un moment de son existence, c'est peut-être le moment de le faire !

Sachez que toute chose arrive pour une raison précise, même la maladie. Il y a une leçon à tirer de tout. Généralement nous ne connaissons la raison que bien plus tard. Apprendre à faire confiance aux énergies qui sont au-dessus de nous, elles sont là pour nous aider. L’homme ne peut pas vivre uniquement dans le matériel, il doit apprendre à faire confiance aux énergies divines. Dans ce domaine, chacun est seul et libre de penser, de faire confiance ou de ne pas faire confiance, de se confier ou de ne pas se confier à un être divin. Nous ne sommes jamais seuls sauf si nous le voulons. Le fait de le savoir est rassurant : quoi qu’il nous arrive, nous pouvons être persuadés que nous arriverons à nous en sortir, à condition que nous fassions entièrement notre part. Puisque les êtres humains ne peuvent pas nous aider, faisons confiance aux forces divines qui ne demandent que cela. Il n’y a pas besoin d’avoir un intermédiaire humain pour se confier à elles, elles sont en chacun de nous, simplement mises en veilleuse par le matérialisme de notre société, qui permet de vivre quotidiennement.

Chaque matin, chaque jour, vous devez, non pas ce qui ne va pas, mais au contraire, tout ce que vous pouvez faire et ce que vous devez faire, pour entretenir au mieux votre état général. N’oubliez pas que c’est pendant que vous allez bien qu’il faut tout faire pour que tout continue à bien fonctionner, quand rien ne va plus, c’est très long à récupérer pour toutes les maladies dégénératives. Il y a des paliers, et lorsqu’il y a une rechute, on descend un palier, qui lui, ne se remonte plus.

Il ne faut jamais baisser les bras :on ne sait jamais quand on a descendu un palier, on ne peut le savoir qu’avec du recul. C’est pour cette raison qu’il faut absolument gérer le quotidien et, à chaque instant, se faire la guerre à soi-même pour ne pas se laisser aller à la facilité. C’est un combat de tous les instants, tant au niveau mental, qu’énergétique ou alimentaire. Il faut toujours être conscient de ce dont notre organisme a besoin à un moment précis, à ce que nous devons faire maintenant pour que demain et les jours suivants nous puissions aller bien. Ce que nous faisons mal aujourd’hui se verra seulement dans dix jours ou un mois. Notre corps peut être comparé à un très grand navire, ou à un très grand avion. Lorsqu’on commande une manœuvre, rien ne se passe immédiatement, il lui faut du temps et de la distance pour que, tout d’un coup, nous voyions apparaître le résultat de ce que nous avons commandé, souvent nous avons déjà oublié ce que nous avions commandé et nous ne savons plus pourquoi nous avons telle ou telle réaction. C’est pour cela qu’il est très important de nous obliger à avoir des règles de vie qui correspondent à notre état de santé.

Parfois, c'est le conjoint du malade qui est plus fort moralement et c'est lui qui aide les membres de la famille à garder le moral. Il serait bon également d'établir les nouvelles priorités, lors d'une discussion familiale par exemple. Quand il y a des enfants, cela peut non seulement perturber leur croissance, mais surtout attrister profondément leur esprit. Il faut leur donner l'idée de ce qu'endure le parent malade, et à ce que la situation va engendrer de sacrifices, bien que les assurances sociales ou volontaires comblent une partie du manque à gagner pour le foyer, peut-être celui-ci devra réduire la voilure ?
L'amour au foyer dépend en grande partie de l'état d'esprit de chacun. Gardez toujours en mémoire que rien ne nous est dû. Tout ce que nous avons, nous l’avons reçu, le bien mais aussi le mal. Il faut faire des efforts, des sacrifices et, si chacun y met du sien, toute la famille s’harmonisera dans un nouvel échange et une nouvelle relation s’installera. Le manque de communication est souvent une porte fermée entre les conjoints.

Malheureusement, certains malades baissent les bras petits à petit, acceptant leur sort comme si l'espoir de vaincre n'était qu'un miroir aux alouettes.

Il faut garder coûte que coûte cette rage de vaincre envers et contre tout.

Les malades neuromusculaires sont toujours des battants qui ont besoin d’aller de l’avant, profitez de ce trait de caractère pour ne pas vous laisser abattre facilement. Il y a toujours une solution à vos problèmes, pas forcément là où vous la cherchez. Restez ouvert à toute solution.

Il est très important de maintenir un idéal porteur. Certes, le plus difficile est de lutter contre l'isolement, la perte d'amis qui s'éloignent petit à petit ou desquels le malade s'éloigne afin de ne pas montrer l'image d'une personne diminuée physiquement.

Tout ce que vous pouvez faire tout de suite, faites-le ; vous ne savez jamais ce que demain vous réservera. Il faut garder un objectif pour que, le soir venu, vous puissiez avoir le sentiment de ne pas avoir vécu pour rien.
Le conjoint va devoir également lutter pour ne pas laisser son amour tiédir puis refroidir, voire, dans les cas extrêmes, envisager une double vie ou un divorce. Le caractère du malade va tendre vers le bas et, s'il n'en est pas conscient, cela peut rendre la vie de son conjoint insoutenable.

8. Exercices physiques :


Le stress étant la principale composante de cette maladie, il est bon d'apprendre quotidiennement à l'évacuer, tout au moins, à le gérer. Apprenez à vivre le moment présent, attendez d’être au lendemain pour voir comment vous serez et comment vous pourrez affronter la nouvelle journée.
Quand le malade est déjà dans un handicap moteur important (ou même débutant), notamment au niveau des membres inférieurs, la seule vraie contrainte de la thérapie résidera dans l’exercice physique, mais sans fatigue. La balnéo semble donner de bons résultats. Alors, si vous avez un centre près de chez vous, n’hésitez pas à y aller autant de fois que vous pouvez. Il semble qu’un bon rythme serait de trois fois par semaine. Cela pourrait être suffisant, sans pour autant se fatiguer avec des contraintes journalières. Quand les muscles restent trop longtemps sans effort, ils ne peuvent plus s'oxygéner correctement ce qui provoque, entre autres facteurs, une atrophie musculaire qui contribuera en grande partie à accroître l'immobilité.

Il est important de s’oxygéner suffisamment, d’aller dehors, au grand air, tous les jours. Le rôle des poumons est capital pour oxygéner le sang. L’oxygène est le charbon pour les muscles, il augmente la capacité du cerveau. Toutes les fonctions sont diminuées lorsque l’oxygène sanguin diminue : la fatigue augmente, la capacité digestive diminue, les risques de chute sont plus fréquents.

Le « bol d’air Jacquier » aide à augmenter la quantité d’oxygène respirée, puis véhiculée par l’hémoglobine des globules rouges jusqu’aux cellules et à y favoriser sa disponibilité, ce qui revient à améliorer l’assimilation de l’oxygène, sous une forme naissante, très assimilable, et permet donc d’augmenter la vitalité. L’effort nécessite de l’oxygène, ce que fournit le « bol d’air Jacquier ».     

La fatigue est une conséquence logique de la sclérose latérale, n’oubliez pas que la digestion, notamment le foie, aggrave cette fatigue. Le pire est que, même après un bon sommeil, cet état coupe la joie de vivre. Vous ralentissez dans les tâches quotidiennes, réduisez la capacité de réflexion et surtout empêchez de mener une vie normale. C’est pour cela qu’il faut faire attention à la façon de gérer votre santé au quotidien, profitez des moments où vous allez bien pour instaurer des habitudes qui vous permettent d’aller plus loin et de préserver au maximum tout ce qui va bien.

9. Est-il possible de remédier à la fatigabilité ?

Tout d'abord, il est impératif de s'accorder plusieurs coupures dans la journée. Il n'est pas nécessaire de "se forcer à dormir", mais s'étendre quelques minutes sans rien faire, ni lire, ni regarder la télévision, uniquement du repos ! Le cerveau doit pouvoir être mis au repos sans qu'une activité quelconque vienne le perturber ou lui imposer un travail.
D'autre part, ces périodes de repos ne doivent pas excéder dix à quinze minutes, car alors, il entrerait dans une phase de sommeil, ce qui n'est pas le but recherché. Il est préférable de s'accorder deux ou trois courtes pauses dans la journée plutôt qu'une grande.
La fatigue peut être aussi la résultante d'un état dépressif. On ne soulignera jamais assez la nécessité d'une prise en charge par un encadrement psychothérapeutique compétent, particulièrement lorsque le malade a tendance à voir le mauvais côté des choses.

Lorsque vous êtes dans un jour de bonne forme, l’organisme en profite pour mettre de l’énergie en réserve pour les jours où vous êtes dans l’incapacité de faire des réserves. Ce sont les jours de pleine forme qui sont souvent préjudiciables aux malades.

En effet, ils veulent vite rattraper le temps perdu et se dépensent sans compter. A ce moment, ils sont de beaucoup au-dessus de leur capacité de gestion de leurs forces et, au lieu de s’économiser pour pouvoir stocker des réserves, ils tirent tant sur les réserves de la machine, qu’au lieu de mettre en réserve, ils épuisent encore ce qui est déjà stocké.

Après cela, ils mettent dix jours à récupérer une fatigue qui n’est, en fait, qu’une surconsommation d’énergie.

Il est important, les jours de pleine forme, de ne pas dépenser plus d’énergie que les autres jours pour que l’organisme puisse faire des réserves.

Il faut apprendre à gérer son énergie avec sagesse, d’après ses possibilités propres et ne pas surestimer ses forces.

10. Conclusion :

Que peut faire la personne atteinte de ces troubles ?

Actuellement le corps médical cherche désespérément à soigner une maladie, à faire disparaître un symptôme ne serait-il pas plus judicieux d’essayer de comprendre ce que l’organisme veut dire ?

Quelque chose ne fonctionne pas, le système nerveux n’est pas assez nourri, il ne peut pas protéger sa gaine de myéline.

Que faire ? Apporter plus de myéline ? Il faut qu’il puisse utiliser et mettre en place déjà ce qu’il a.

La médecine chinoise, tout comme les docteurs Kousmine et Seignalet, nous l’apprenne, ce sont les intestins qui permettent d’apporter et de rendre utilisable tout ce dont le système nerveux a besoin pour fonctionner mais aussi pour mettre un peu de surplus en réserve.

Ainsi les émotions tordent les entrailles donc les intestins s’acidifient et le processus d’acidité commence.

A ce moment, vous pouvez donner toutes les vitamines que vous voulez, l’organisme les brûlera, mais ils n’apporteront aucun bénéfice, car ils seront inutilisables.

Plus longtemps cette carence s’installera, plus la maladie s’accentuera.

Il faut donc à tout prix rééquilibrer la flore intestinale, et essayer de comprendre ce que nous sommes en devoir de faire pour aider les intestins à mieux assimiler, c’est à dire pouvoir transformer chimiquement les aliments au moyen des enzymes intestinales et les rendre utilisables par les cellules.

Le fait est que toutes les personnes atteintes de maladies neuromusculaires, et, en fait, de toutes les maladies de dégénérescence, ont des problèmes intestinaux qui se traduisent par différents symptômes au départ (rhumes à répétition, douleurs, baisses de moral, fatigue, problèmes de peau, etc.). Ces problèmes d’assimilation fatiguent le système nerveux central en le carençant, en affaiblissant la gaine de myéline, ce qui se traduit par une diminution du passage des influx nerveux dans les neurones.

Pendant longtemps on ne voit rien, tout continue à tourner, le système nerveux est régi par la loi du tout ou rien. C’est-à-dire que, aussi longtemps que d’influx nerveux arrive à passer suffisamment d’un neurone à l’autre, on ne voit rien, tout semble correct ; mais il y a un seuil en dessous duquel l’info ne passe plus ; alors tout s’arrête de fonctionner quoi que l’on fasse, et il est  très difficile, voir impossible de relancer le processus.

Assimiler ne veut pas dire : être dispensé de constipation ou de diarrhée.

Les intestins sont régis par le système nerveux parasympathique c’est-à-dire le système nerveux non myélinisé. C’est un système qui agit sans que nous le commandions de façon volontaire. Il fonctionne tout seul. Il régit tous les organes digestifs. C’est ce système nerveux et le système hormonal qui règlent l’assimilation des aliments et la mise en réserve du trop plein de nutriments ainsi que l’élimination des toxines.

Il a des réactions à distance et dans le temps. Par exemple, si vous chargez le foie, tout va bien sur le moment, mais, quelque temps, après vous aurez mal à la tête, à la nuque, aux articulations, sans comprendre pourquoi ces symptômes apparaissent.

 Faites très attention à votre alimentation quotidienne,  n’oubliez pas que ce que vous négligez aujourd’hui ne se verra que dans trois jours voir une semaine ou dix jours, lorsque vous aurez déjà oublié vos écarts. A ce moment vous ne comprendrez  plus  pour quelle raison des douleurs ou autres symptômes seront plus aigus.

Prenez régulièrement des compléments alimentaires, des vitamines, des minéraux, des oligos-éléments, qui revitalisent la membrane cellulaire, et qui augmentent la résistance immunitaire.

Mangez des aliments qui cicatrisent, restaurent la flore et la muqueuse intestinale.

 Faites tout ce que vous pouvez pour que chaque jour soit un jour meilleur et non pire, ne vous laissez jamais décourager, même si les apparences sont contre vous.

Gardez le moral envers et contre tout, on ne sait jamais tout ce que l’on peut encore récupérer ou améliorer. Soyez toujours content.

Chaque matin lorsque vous vous levez, ne cherchez pas à savoir tout ce que vous ne pouvez pas faire, mais au contraire, voyez tout ce que vous pouvez faire avec ce que vous avez encore.

Forcez-vous à  sortir, à prendre l’air, faire de l’exercice, vous intéresser aux autres, voir comment vous, vous pouvez aider les autres, comprendre leurs problèmes, leur faire part de votre expérience, si cela les intéresse, bref participer à la vie pleinement.

11. Annexe : information sur l’Aspartame :

Si vous en consommez (Nutra Sweet, Equal, Spoonful, etc.) et que vous souffrez de symptômes fibromyalgiques, de spasmes, de lancements, d'engourdissements dans les jambes, de crampes, vertiges, nausées, maux de tête, acouphènes, douleurs articulaires, dépressions, crises d'angoisse, discours incohérent, vision trouble ou pertes de mémoire, vous avez probablement la maladie de l'Aspartame.

N. Markle a fait remarquer que les personnes qui souffraient de fibromyalgie, de spasmes, de douleurs lancinantes, d'engourdissements des jambes, de maux de tête, d'acouphènes, de douleurs articulaires, de dépression, de crises d'anxiété, de troubles de mémoire étaient peut-être atteintes de la maladie de l'Aspartame.
Les premières plaintes ont concerné des cas de cécité. Avec l'Aspartame, le méthanol se transforme en formaldéhyde dans la rétine. Le formaldéhyde figure dans la même classe de produits que le cyanure et l'arsenic: des poisons mortels !

L'Aspartame modifie la chimie du cerveau. C'est ce qui explique le caractère sévère des crises qui surviennent. L'Aspartame serait susceptible d'engendrer des malformations fœtales.

L'Aspartame serait particulièrement meurtrier pour les diabétiques. Les rétinopathies que les médecins découvrent chez ces personnes seraient causées par l'Aspartame. L'Aspartame perturbe la régulation du sucre, provoquant de nombreux comas.

Chaque fois que vous voyez un produit de commerce classique mentionné « sans sucre », c’est un produit contenant de l’Aspartame, à moins qu’il soit garanti sans Aspartame.

Le glutamate ou acide glutamique est un acide aminé (1) neurotransmetteur omniprésent dans le cerveau, il y joue un rôle majeur de transmission / amplification des messages (hormones ou influx nerveux) entre neurones. Le glutamate monosodique (GMS ou E621), additif et molécule de synthèse utilisée comme exhausteur de goût est présent dans de nombreuses préparations industrielles et peut causer (lors de consommation excessive) des dommages physiologiques importants. il serait aussi impliqué dans de nombreuses maladies dégénératives du cerveau(Alzheimer) ainsi que dans la mort cellulaire...

Dès 1969, John Olney, neurophysiologiste de l'université Washington, constata que le glutamate pouvant passer dans le sang (contrairement à ce que l’on croyait jusque-là), il provoque des dégâts foudroyants dans l’hypothalamus, petite glande du cerveau contrôlant le système neuro-hormonal.

1)    Lorsque le glutamate venu du sang et irriguant le cerveau atteint les neurones, ceux-ci laissent soudain entrer massivement calcium, sodium et eau bien au-delà de leurs possibilités physiologiques, provoquant une brutale dépolarisation du neurone, qui en meurt.

2)    Les neurones en mourant relâchent massivement le glutamate qu'ils contiennent. Relargué dans le milieu extracellulaire, celui-ci va exciter d'autres neurones, qui meurent à leur tour, et ainsi de suite, par phénomène de cascade.

"Les doses de glutamate que l’on trouve dans les pots pour bébés ou les soupes toutes préparées sont suffisantes, [..], pour détruire les neurones du cerveau [..]." 

On a pu lire récemment dans une revue française, le Panorama médical que "les doses de glutamate ingérées par les enfants sont parfois si élevées, qu'administrées oralement à un jeune animal elles entraînent la destruction pure et simple du système nerveux central". Un enfant de dix kilogrammes ingère dans un sachet de soupe instantanée entre mille et mille trois cents milligrammes de glutamate, soit une quantité bien supérieure à celle que l'on trouve naturellement dans le cerveau et identique à celle qui tue les noyaux cérébraux des cobayes.

L'ASPARTAME PEUT ÊTRE TROUVÉ DANS :  les petits-déjeuners instantanés, les rafraîchisseurs d'haleine (rince-bouche), les céréales, les gommes à mâcher sans sucre, les mélanges au cacao, les boissons au café, les desserts réfrigérés, les desserts gélatineux, les boissons à base de jus de fruits, les laxatifs, les multivitamines pour adulte et pour enfants, les boissons au lait, les médicaments et suppléments nutritifs, les mélanges mixés, les boissons non alcoolisées, les édulcorants de table, les boissons au thé, les thés et
cafés instantanés, les mousses et crèmes décoratives, les glaçages, les yaourts (yogourts)

L'Aspartame a été trouvé dans des produits alors qu'il n'était pas mentionné sur la liste des ingrédients figurant sur l'emballage. On doit faire particulièrement attention aux produits pharmaceutiques et aux suppléments nutritionnels. Même quelques suppléments fabriqués par des fabricants connus tel que Twinlabs contiennent de l'aspartame.

L'information présentée ici n'est que la pointe de l'iceberg car il y a énormément d’information négative au sujet l'aspartame. Afin que le lecteur puisse obtenir de plus amples informations, voici quelques sources que vous pourrez consulter.

OUVRAGES “Blaylock”, Russell L., “Excitotoxins : The Taste That Kills” (Health Press, Santa Fe, New Mexico, |1994) un des meilleurs ouvrages disponibles sur les excitotoxines, il vaut le coup d'être lu ! *H.J. Roberts, M.D., aspartame (NutraSweet), “Is it Safe?” Disponible par le réseau de l'aspartame Consumer Safety. Sweet'ner Dearest, disponible par le réseau de l'aspartame Consumer Safety. *Mary Nash Stoddard, The Deadly Deception, disponible par le réseau de l'aspartame Consumer Safety. *Barbara Mullarkey, Editeur, Bittersweet
aspartame - A Diet Délusion, disponible par le réseau de l'aspartame Consumer Safety.
*The aspartame Consumer Safety Network, The aspartame consumer Safety Network Synopsis. *Dennis Remington, M.D. et Barbara Huga, R.D., The Bitter Truth About Artificial Sweetners, disponible par le réseau de l'aspartame Consumer Safety.

ASPARTAME CONSUMER SAFETY NETWORK P.O. Box 780634 Dallas, Texas 75378, USA Tél.: (214) 352-4268

Pour obtenir plus de renseignements (disponible en anglais seulement), mettez juste dans la ligne "sujet" de votre courriel : "Please send me help et envoyez-le à Betty Martini <Mission-Possible-USA@Altavista.net> la fondatrice de Mission Possible Internationale.
Mais surtout visitez
http://www.dorway.com qui contient plus de 500 pages web sur l’aspartame. Vous y découvrirez aussi des hyperliens avec 29 autres sites touchant le sujet.
Visitez aussi le FAQ.

REFERENCES:

(1) Department of Health and Human Services, Rapport sur les effets contraires du système de surveillance des effets contraires, ( 25 et 28 février 1994).

Article écrit par Mme Litzler Bosc Marie Antoinette
Naturopathe conseillère en alimentation (vingt-cinq ans d’expérience)
Spécialiste des intolérances alimentaires
Bio énergéticienne
Diplômée en phyto-aromathérapie
Membre du registre des praticiens de santé naturopathe de France
Membre de FENAHAMN et OMNES

Pour la version imprimable, cliquez ici

  
Rubriques
 

Accueil

Services
-Creéz votre page sur Naturosanté
- Les pages des membres de Naturosanté
- Annuaire des praticiens de médecines alternatives
- Archives lettre d'information
- Annoncer un stage

Boutiques
-Audiocaments en téléchargement
- Naturosanté Boutique

Infos
- Troubles de santé
- Alimentation
- Bien-être - Beauté
- Hygiène
- Psychologie
- Recettes diététiques
- Jardinage biologique
- Livres
- Livres audio
- Disques
- DVD
- Jeux

Chroniques
- Homeophyto.com
- Daniel André
- arc-energie - Michel
  Larroche

- Michele Freud
- Sylvie Mioso
- L'Ayurvda, L'Art d'Etre
D. S. GUINOT

- Lymphoénergie

Evènements
- Stages
- Salons, concerts, conférences, ateliers

Dossiers
Sujets d'actualité

Magazines
Magazines au numéro

Echanges
- Coups de gueule
- Témoignages

Recherche:


Catégories
Naturosanté

 
 
 
 

Inscription dans l'annuaire des praticiens de médecines alternatives      Proposer un site

  Annoncer un stage     Annoncer un évènement     Liens     Nous contacter      Notice légale     Qui sommes-nous ?

Boutique bio    Annuaire    Infos    Recettes diététiques    Alimentation biologique    Médecines douces    Dossiers    Chroniques

Copyright © 2000-2012 Naturosanté