Naturosanté: le portail de la santé au naturel  
Le Portail de la Santé au Naturel
 
Pour recevoir gratuitement les nouvelles de Naturosanté, donnez votre adresse e-mail:   
 
Stages
 
Votre propre annonce de stage?
Cliquez ici
 
Produits
  Nutri'ô
Minéraux et Oligo-éléments d´origine fossile végétal.


Lotus Grand
Parfaitement adapté au corps, votre dos est maintenu droit sans effort.


Votre propre annonce de produit?
Cliquez ici


 
  

Infos   Minéraux et oligo-éléments (suite) 

Pour la version imprimable, cliquez ici

Suite de la première partie

Aluminium (Al)

L'aluminium est un cation dangereux à dose relativement forte. Il est cependant nécessaire comme oligo-éléments à très faible dose pour éviter l'insomnie, l'anxiété et diverses névrites. Cofacteur de la vitamine B1, il stimule les fonctions cérébrales et régularise le sommeil. Il est proposé comme modificateur de terrain dans les retards physique et intellectuel de l'enfant (associé au zinc) ainsi que dans les troubles de mémoire des jeunes et des moins jeunes.

Des chercheurs ont constaté la présence d'aluminium en quantités anormales dans le cerveau de personnes touchées par la maladie d'Alzheimer (sénilité). Il s pensent donc qu'une accumulation d'aluminium dans notre organisme serait une des causes de cette maladie.

Il est préférable de ne pas utiliser les casseroles en aluminium pour faire cuire les aliments acides (tomates, rhubarbe...) ou encore mieux de les bannir de votre cuisine.

Songez également que certains sels d'aluminium sont largement utilisés par l'industrie alimentaire comme additifs et que l'aluminium abonde dans de nombreux médicaments employés contre l'acidité gastrique.

Besoins journaliers : éléments traces

Sources :  presque tous les aliments contiennent de l'aluminium. Il n'est donc pas nécessaire d'en citer les sources.

Ce qui se passe si vous êtes en excès d'aluminium :

A haute dose, l'aluminium provoque des troubles de la parole puis des pertes de mémoire, la sénilité et pour finir la léthargie.

A un degré moindre, du psoriasis et des troubles digestifs peuvent être provoqués par une surcharge en aluminium.  

 

Argent (Ag)

L'argent est un antiseptique et s'oppose ainsi au développement des agents infectieux et à ce titre est employé pour traiter les maladies infectieuses les plus diverses. Dans tous les cas, il modifie favorablement l'état du malade en abaissant la température.

Bactéricide puissant, il complète admirablement l'or et le cuivre comme agent anti-infectieux. Cette trilogie d'oligo-éléments se comporte alors comme un antibiotique naturel. C'est un anti-infectieux puissant, renforçant les défenses de l'organisme, à utiliser constamment dans tous les problèmes infectieux.

Dans les infections gynécologiques, les septicémies, les pneumonies, on associe l'argent au sélénium. Pour les endocardites infectieuses, on  associe l'argent au phosphore. Pour les typhoïdes, érysipèle, scarlatine grave, rhumatisme articulaire aigu et rhumatisme infectieux, on l'associe au manganèse et au cuivre. Pour la grippe et ses complications, on  l'associe au cuivre. Les angines et les affections rhino-pharyngées et pulmonaires, on l'associe au manganèse, au cuivre et à l'or.

 

Arsenic (As)

L'Arsenic intervient dans le processus d'oxydoréduction. En doses infimes, il stimule le système immunitaire, l'appétit et c'est un tonique du système nerveux.

Besoins journaliers : 10 mg.

Sources : Céréale complète, légume feuille et racine, poisson et crustacé, viande, eau minérale, vin.

Les carences en arsenic sont très rares.

 

Brome (Br)

Il est utile dans les processus hypophysaires . Il facilite le sommeil et la détente nerveuse à très faible dose.

Sources : asperge, artichaut, melon, tomate, radis, fraise, topinambour, mandarine, céleri-rave, chou, carotte, algues, ail, abricot, oignon, figue.

Une carence est très improbable.

 

Chrome (Cr)

Associé à la vitamine B3 et à deux acides aminés,cet oligo-élément intervient comme constituant d'un complexe biologique appelé FTG (facteur de tolérance au glucose). Ce facteur a un rôle de stimulateur de l'activité de l'insuline qui est nécessaire à la transformation du glucose et donc à la production de l'énergie. Il est utile à la prévention et au traitement des affections liées à un dérèglement de ce métabolisme : diabète, hypoglycémie. Les personnes âgées présentent une plus mauvaise tolérance au glucose que les jeunes. Ce complexe FTG abaisse aussi le taux de cholestérol dans le sang et ainsi prévient l'hypertension artérielle et les maladies cardiovasculaires.

Besoins journaliers : entre 50 et 200 mg.

Sources : cresson, pousse de cresson, algues, levure de bière, champignon, pain complet, bière, foie, viande, fromage.

Selon l'état actuel des recherches, un manque de chrome favoriserait l'artériosclérose et le diabète.

Une intoxication survenue à la suite d'une trop forte consommation de chrome n'est pas connue pour l'instant. Attention cependant, nous parlons ici du chrome organique et non de sels ou de gaz.

 

Cobalt (Co)

L'organisme ne synthétise pas le cobalt, il doit être apporté quotidiennement par l'alimentation. Il contrôle la synthèse de la vitamine B12 par la flore intestinale donc la production de globules rouges. Stimulant la production de globules rouges par l'intermédiaire de l'hormone érythropoïétine, le cobalt associé au fer et au nickel, soigne l'anémie ferriprive de l'enfant et de la femme enceinte.

C'est un anti-spasmodique et un sédatif neurovégétatif, et à  ce titre traite toutes les affections qui en découlent : spasmes, migraines, bouffées de chaleur, palpitations, angoisses ...

Il est une aide efficace contre les troubles de la ménopause, psychiques et physiques, il protège contre les maladies cardiovasculaires.

Besoins journaliers : environ 2 mg.

Sources : viande, lait, fruit de mer, céréales complètes et légumineuses, jaune d'oeuf, poisson, foie, chou et légumes racines.

Ce qui se passe si vous êtes carencés en cobalt:

Vous souffrez de nervosité, d'anémie et vous ressentez une fatigue générale.

 

Cuivre (Cu)

Il est présent dans le corps en quantité infime (75 à 150 mg) et a un rôle très important. Son action ne peut être séparée d'autres minéraux, en particulier le zinc, le manganèse, le fer et le magnésium.

Le foie a la teneur la plus élevée de l'organisme en cuivre, le cerveau venant en second tandis que les autres organes et tissus en contiennent beaucoup moins.

Le cuivre entre dans la composition de plusieurs enzymes nécessaires aux processus d'oxydoréduction. Il intervient dans la synthèse des protéines, dans l'absorption du fer et la formation des globules rouges. C'est un anti-infectieux microbien et viral par son action stimulante du système réticulo-endothélial (voir Argent) et en outre un régulateur thyroïdien et surrénalien. C'est un anti-inflammatoires. Il intervient dans la respiration cellulaire. Cofacteur de la superoxyde dismutase, il agit comme anti-oxydant. C'est un régulateur des lipides par désaturation des acides gras.

Besoins journaliers : 2 à 5 mg.

Sources : huîtres, crustacés, foie de veau, céréales complètes, légumineuses, levure alimentaire, fruits oléagineux, thé, cacao, vin, épices (poivre, curry), poissons, légumes feuilles, légumes secs, champignons.

Ce qui se passe en cas d'excès de cuivre :

Le cuivre ou le fer peuvent prendre la place du zinc, du manganèse et du magnésium pour provoquer des perturbations dont la manifestation clinique va de l'insomnie à l'hypertension, en passant par l'arthrose, la dépression ou l'agitation incessante. L'hypercuprémie peut, chez l'homme, être à l'origine de diverses affections du foie.

Les antidotes du cuivre en excès dans l'organisme sont le zinc et la vitamine C, en doses suffisantes.

Fluor (Fl)

Le fluor est un constituant essentiel des os et des dents. Il est indispensable pour la minéralisation du tissu osseux car il renforce la fixation du calcium et du phosphore. Il s'oppose à leur dépôt dans les tissus mous. Il intervient dans la tonicité des ligaments. La baisse du fluor peut entraîner une baisse de la fécondité par manque de sollicitation de l'hypophyse.

Besoins journaliers : jusqu'à 2 ans : 0.25 mg - à 4 ans : 0.50 mg - à 6 ans : 0.75 mg - à 15 ans : 1 mg

Sources : poisson, crustacé, algues, abats, céréales complètes, épinard, persil, carotte, chou, pomme de terre (peau), thé, bière, vin, eau de boisson (très variable)

Ce qui se passe en cas d'excès de fluor :

Danger de fluorose à partir de 2 mg/jour. Il est toxique à forte dose (> 20 mg/jour) et néfaste dans le temps s'il y en a une trop forte dose dans l'organisme : une surcharge entraîne des altérations graves des os et des dents. La fluorose provoque une calcification des tendons et des articulations.

 

Iode (I)

L'iode est un oligo-élément essentiel qui entre dans la composition des hormones (thyroxine et particulier) produites par la glande thyroïde. Cette glande influence la vitesse des fonctions métaboliques dans tous les organes. L'iode accroît les facultés mentales, il intervient dans la composition de la glande thyroïde et la formation des hormones thyroïdiennes ; celles-ci contrôlent de nombreuses fonctions de l'organisme, notamment le métabolisme des graisses et la production d'énergie. Il fortifie les cheveux, les ongles, la peau et les dents.

Besoins journaliers : enfant : 70 à 90 mg - adulte : 120 mg - puberté, grossesse, allaitement : 140 mg. Elle doit être plus élevée chez les cardiaques, les anémiés, les artérioscléreux.

Sources : algues marines, sel marin non raffiné, sérum de Quinton, huître, crustacé, mollusque, poisson (morue et poisson gras), ail, ananas, oignon, haricot vert, champignon, asperge, carotte, fraise, orange, pomme, poire, radis rouge, seigle, laitue, blé complet, le soja, les fruits secs.

Ce qui se passe en cas d'excès d'iode :

Il faut éviter de prendre des additifs chimiques à base d'iode sous le prétexte de prévenir le goître, sauf avis médical, car on risque l'iodisme et l'irritation du tube digestif.

Si l'iode est nécessaire à la santé, il ne faut pas en absorber de trop grosses quantité. Méfiez-vous, par exemple, de tous les régimes amaigrissants qui contiennent de l 'iode.

Ce qui se passe si vous êtes carencés en iode :

Une alimentation normale suffit à couvrir les besoins de notre organisme en iode. Toutefois les personnes qui habitent dans des régions éloignées de la mer (la Suisse, par exemple) sont susceptibles de manquer d'iode. Le crétinisme et le goître sont deux séquences possibles de cette carence.

Le manque d'iode peut entraîner de la fatigue générale, de la constipation, des coups de pompe inexpliqués, tous ces troubles étant provoqués par un déficit en hormones thyroïdiennes responsables d'une grande partie du métabolisme.

 

Lithium (Li)

Le lithium est le remède par excellence des troubles du psychisme et de l'affectivité. Il traite nervosisme, anxiété, instabilité, irritabilité, agressivité, agitation, troubles de l'humeur et du comportement (manies, obsessions), dépressions, inhibitions, troubles du caractère chez l'enfant, l'adulte et le vieillard, troubles de l'adaptation familiale et professionnelle, etc.

Il est l'agent stabilisant de l'acide urique et constitue un remède de l'hypertension artérielle ; il combat l'obésité et la cellulite et régularise la circulation. Il est particulièrement recommandé à la ménopause, pour son action sur les troubles nerveux et circulatoires qui apparaissent à cet âge critique.

Certaines dermatoses ou prurit, d'ordre psychique, seront traités avec succès par le lithium. Son action est favorisée par la vitamine E. On peut l'associer à l'aluminium pour les troubles du sommeil et de la mémoire, et si l'insomnie est de caractère psychique, on devra ajouter cuivre, or et argent.

Besoins journaliers : 100 à 200 mg.

Sources : céréales complètes, légumes racines, poisson, crustacé, algues.

 

Manganèse (Mn)

Le manganèse est absorbé lentement et difficilement dans l'intestin grêle. La faible part du manganèse alimentaire absorbé est emmagasinée dans le foie. Il est nécessaire à l'action d'un nombre d'enzymes notamment ceux participant au métabolisme des vitamines B1, B8 et C, des hydrates de carbone et des graisses.

Il joue un rôle dans le système de reproduction (formations des hormones sexuelles), dans le système nerveux , dans les affections articulaires et la croissance osseuse. Pour les personnes âgées (le taux de manganèse baisse avec l'âge), nombre de déminéralisation ne sont pas uniquement dues à la fuite du calcium.

C'est un antioxydant, un antiallergique, un anti-infectieux. Il intervient dans le processus de l'oxydoréduction (système nerveux, peau, appareil respiratoire, gonades).

Besoins journaliers : 5 mg.

Sources : céréales complètes, légumineuses, légumes à feuilles vertes, foie, noix, noisettes, graines germées, pousses, amandes, châtaignes, sardines, pois, jaunes d'oeufs, algues, aubier de tilleul, levure alimentaire, pruneau, raisin sec, sésame.

Vous devez contrôler votre apport en manganèse suffisant :

  • si vous allaitez (sachez que cet oligo-élément joue un rôle dans la lactation)
  • si vous désirez améliorer les performances de votre mémoire
  • en cas de faiblesse et de coordination musculaire déficiente
  • pour participer au traitement de la sclérose en plaques.

Ce qui se passe si vous êtes carencés en iode :

Un manque passager de manganèse augmente les réactions allergiques (asthme, eczéma, migraines par exemple).

Certains facteurs contrarient une bonne utilisation du manganèse présent dans la nourriture comme la prise d'antibiotiques, une nourriture trop riche en acide phytique, en acide oxalique, en phosphore ou en calcium.

 

Mobyldène (Mo)

Il intervient dans le métabolisme protéique ( fixation de l'azote), la division cellulaire. Il participe à la fixation des minéraux (prévention des caries dentaires).

Besoins journaliers : 1 mg.

Sources : céréales complètes, légumineuses, légumes, foie.

 

Nickel (Ni)

Le nickel est le catalyseur de nombreuses réactions enzymatiques notamment au niveau de la salive, de la rate, du pancréas et des surrénales (antidiabétique : cofacteur de l'insuline - hypotenseur (s'oppose à l'adrénaline).

Il semble nécessaire au maintien de la structure du noyau cellulaire par l'intermédiaire des acides nucléiques (ADN et ARN) don't il est un des constituants.

Il joue un rôle dans l'utilisation des hydrates de carbones et leur stockage par le foie ainsi que dans celui du métabolisme des lipides.

Il ralentit la croissance des cellules cancéreuses, ce qui amène à rechercher les aliments qui en contiennent quand on établit le régime des précancéreux ou des cancéreux.

Son assimilation doit cependant  être entravée dans l'organisme car l'analyse des cheveux révèle souvent des déficits très fréquents. Dans l'anémie ferriprive, son association avec le cobalt renforce l'assimilation du fer.

Besoins journaliers : 250 mg.

Sources : chanterelle, chou, épinard, carotte, laitue, sarrasin, poire, seigle, riz, prune, abricot, cerise, blé, oignon, orange, cresson, tomate, raisin, dattes, levure alimentaire, noisette, pain complet, sésame, crustacé, persil.

Ce qui se passe en cas d'excès du nickel :

Ingéré en excès, il crée des troubles du foie ainsi que des dermatoses. La contamination externe par le nickel est aussi malheureusement fréquente aujourd'hui en raison  de sa présence dans des très répandus : pièces de monnaie, montures de lunettes, ustensiles de cuisine, épingles, bijoux fantaisies, boucles d'oreilles, provoquant eczémas et dermites de contact.

Il est présent dans l'air que nous respirons et appartient ainsi à la catégorie des polluants. Un fumeur absorbe avec chaque cigarette jusqu'à 6.2 mg de nickel.

Cas de carences en nickel :

Les antibiotiques et quelques autres substances comme l'hypo-sulfite de soude inhibent l'assimilation du nickel.

 

Or (Au)

L'or a une action de stimulation de l'activité cellulaire. Il augmente le pouvoir de défense de l'organisme en activant le pouvoir destructeur des globules blancs.

C'est un anti-infectieux puissant comme le cuivre et l'argent auxquels il est souvent associé. L'or est fixé par le foie, la rate et la moelle des os. Sa polyvalence biologique lui permet de jouer sur toutes les fonctions, sur tous les organes et sur tous les terrains : hypertension, hémorroïdes, varice, tuberculose, néoplasie. Chez les enfants, l'or aide à lutter contre les affections de la sphère ORL et il stimule leur croissance.

Il répare les lésions des divers tissus, permettant ainsi une meilleure cicatrisation des plaies.

L'association cuivre-or-argent peut-être considérée comme un véritable antibiotique polyvalent. L'or a une action spéciale vis-à-vis du bacile de la tuberculose, tout comme l'argent vis-à-vis du gonocoque et l'étain vis-à-vis du streptocoque. Pour la tuberculose et les rhumatismes, on conseille d'y adjoindre du souffre, pour le cancer, de la vitamine C plus du sélénium, du platine, du cuivre et du nickel.

 

Sélénium (Se)

Le sélénium est un puissant antioxydant. Cofacteur de la glutathion-peroxydase, il agit dans la prévention du vieillissement cellulaire, du cancer, des maladies cardio-vasculaires et de la catharacte.

Il stimule le système immunitaire. Il a un pouvoir détoxicant contre les métaux lourds, l'alcool, la fumée, le tabac. Il aide à conserver l'élasticité de la peau. Il accroît la puissance sexuelle masculine.

Pris simultanément avec la vitamine E, il aide les personnes âgées à garder un esprit alerte et réduit l'anxiété.

Pour se protéger contre les maladies de dégénérescences et freiner les effets de l'âge, il faut faire régulièrement des cures de sélénium.

Il purifie en permanence l'organisme en éliminant les métaux toxiques (cadmium, mercure).

Besoins journaliers : 50 à 200 mg - 50 mg chez le nourrisson.

Sources : céréales germées, algues, légumineuses, levure alimentaire, germe de blé, ail, oignon, chou, oeuf, viande rouge, foie, poisson, ananas, radis, champignons, tomate, noix du Brésil.

Cas de carences en sélénium :

La quantité de sélénium dans les aliments dépend de la richesse du sol. Les personnes vivant dans des régions pauvres en sélénium sont plus sensibles que les autres au cancer et aux maladies cardiovasculaires.

 

Vanadium (Va)

Il intervient dans le processus d'oxydoréduction cellulaire(thyroïde, gonades, rein, foie). Il régularise les lipides : il agirait comme protecteur des acides gras polyinsaturés.

Sources : olive, arachide, soja, maïs (fruits, graines et huiles de première pression à froid : le vanadium est éliminé par le raffinage des huiles), légumineuses, épinard, chou, raisin, poivre.

Pour la version imprimable, cliquez ici

  
Rubriques
 

Accueil

Services
-Creéz votre page sur Naturosanté
- Les pages des membres de Naturosanté
- Annuaire des praticiens de médecines alternatives
- Archives lettre d'information
- Annoncer un stage

Boutiques
-Audiocaments en téléchargement
- Naturosanté Boutique

Infos
- Troubles de santé
- Alimentation
- Bien-être - Beauté
- Hygiène
- Psychologie
- Recettes diététiques
- Jardinage biologique
- Livres
- Livres audio
- Disques
- DVD
- Jeux

Chroniques
- Homeophyto.com
- Daniel André
- arc-energie - Michel
  Larroche

- Michele Freud
- Sylvie Mioso
- L'Ayurvda, L'Art d'Etre
D. S. GUINOT

- Lymphoénergie

Evènements
- Stages
- Salons, concerts, conférences, ateliers

Dossiers
Sujets d'actualité

Magazines
Magazines au numéro

Echanges
- Coups de gueule
- Témoignages

Recherche:


Catégories
Naturosanté

 
 
 
 

Inscription dans l'annuaire des praticiens de médecines alternatives      Proposer un site

  Annoncer un stage     Annoncer un évènement     Liens     Nous contacter      Notice légale     Qui sommes-nous ?

Boutique bio    Annuaire    Infos    Recettes diététiques    Alimentation biologique    Médecines douces    Dossiers    Chroniques

Copyright © 2000-2012 Naturosanté