Naturosanté: le portail de la santé au naturel  
Le Portail de la Santé au Naturel
 
Pour recevoir gratuitement les nouvelles de Naturosanté, donnez votre adresse e-mail:   
 
Produits
  Huile de son de riz Liporyz
Action jeunesse, contrôle du sucre, cholestérol sanguin, muscles, minceur....


Votre propre annonce de produit?
Cliquez ici


 
  

   Chroniques  La chronique d'arc-energie - Michel Larroche

Therapeutus Infusus

Depuis mes chères études secondaires, je croyais que ça n’existait que dans Molière. Plus exactement dans Le malade imaginaire où le rôle-titre, pour être sûr d’être bien soigné et partant du principe qu’on n’est jamais si bien servi que par soi-même, se fait introniser médecin dans un ballet en latin de cuisine resté célèbre. Je ne résiste bien entendu pas au plaisir de vous en rappelez un couplet, un seul: la réponse systématique que donne le bachelierus, le thésard si vous préférez, en guise de thérapeutique à toutes les maladies du monde:

Clysterium donare,
Postea saignare,
Ensuita purgare,
Resaignare,repurgare et reclysterisare.

Vive les recettes toutes faites, intelligemment rebaptisées « protocole » au XXe siècle. Ça fait mieux dans le tableau. Je ne pense, bien entendu, à personne en particulier.

C’est déjà pénible quand une personne malade depuis vingt ou trente ans, passée sans résultat d’une discipline à l’autre dans une navigation rappelant celle d’Internet, débarque chez le thérapeute de la dernière chance en exigeant de lui le miracle instantané, qui hélas n’existe pas. Les soins prennent du temps, le travail personnel qui en découle bien souvent également, et aucune méthode, technique, thérapeutique ou approche aussi valable soit-elle, ne peut avoir le culot sidéral de se vanter d’être une panacée. Celle-ci ne peut en effet être constituée que par l’alliance transdisciplinaire de divers types de médecines ou techniques complémentaires qu’il n’est jamais ni interdit ni contre-indiqué d’utiliser conjointement, à la condition expresse que ça ne dérive pas en tourisme médical avec une visite au pas de course de toutes les techniques sans rime ni raison, sans plan ni synchronisation.

Mentalité de consommateur lambda que je me refuse à honorer. Tout comme je me refuse catégoriquement à accepter dans mon cours des amateurs sans aucun pré-requis qui veulent «devenir thérapeutes»: (1)

  • pour se soigner eux-mêmes.
  • parce que c’est facile.
  • parce qu’ils en ont marre de leur métier.
  • parce que, selon la légende populaire bien ancrée, ça paye…
  • comme alternative au chômage.

Thérapeute est un métier, parmi les plus difficiles, les plus éprouvants. Ce n’est pas avec une technique ou spécialité apprise à la va-vite qu’on peut le pratiquer. Personnellement, je me refuse à accepter dans mes cours les personnes qui ne sont pas au minimum en formation de naturopathie.

Mais alors, funérailles! J’ai pris, l’autre jour, une claque. Ce n’est pas nocif, ça réveille et il paraît que ça rend sage. Je m’explique. Lisez bien entre les lignes, entendez bien entre les mots, vous comprendrez aisément ce que j’ai pu ressentir.

Je forme mes stagiaires à être les plus curieux possible. Je ne vois strictement aucun inconvénient, bien au contraire, à ce qu’ils aillent s’instruire chez des confrères d’autres disciplines afin de compléter les inévitables lacunes d’un enseignement uniquement axé sur l’énergétique: je suis obligé, afin de dispenser des cours brefs, concis et concentrés, d’être mono idéique sur uniquement ma technique.

Il arrive cependant que l’on me demande, en extra, hors cours, de traiter d’un sujet que je possède bien et dont je peux me permettre de parler en raison de mes compétences. Ce peut être indifféremment un cours complet de symbolisme du corps humain de bon niveau, une approche rapide et précise de disciplines que je n’ai, à titre personnel, aucune envie d’enseigner, ayant tout juste le temps de m’occuper sérieusement de l’Analyse et Réinformation Cellulaire. Cependant, en cas de demande, je suis tout disposé à faire plaisir aux uns et aux autres en traitant, sur un bref séminaire-rencontre, d’un sujet « pour les nuls ». Si, si, comme pour l’informatique, «pour les nuls». Pourquoi PC ou Mac, et pas moi?

C’est ainsi que j’ai accepté, à la demande de nombreux élèves se spécialisant en énergétique, de tenir un de ces séminaires-flash de deux jours sur une approche concise de ce qu’est l’homéopathie, comment ça fonctionne, comment est fabriqué un remède, la loi de similitude, bref… toutes les bases de compréhension du remède, de la diathèse, des possibilités de cheminement pathologique, des principes d’amélioration et des possibilités de guérison.

Ce n’est pas avec ces notions préliminaires à une formation d’homéopathie proprement dite que l’on peut se retrouver praticien: une fois cette compréhension acquise avant toute autre chose, il reste quand même un minimum de deux ans de formation trapue pour pouvoir se prétendre homéopathe débutant. J’ai bien dit débutant. Après, ce sont les perfectionnements et l’expérience vécue qui font le reste.

Et c’est ainsi que je me suis retrouvé en plein Molière. La programmation neurolinguistique (P. N. L.) nous apprend bien qu’il existe un monde entre ce que l’on dit et ce qui est compris. Mais à ce point-là…! J’ai dû réaliser que mes stagiaires tenaient pour acquis qu’en deux jours, ils allaient être intronisés homéopathes et pouvoir pratiquer, à l’instar d’Argan, le malade imaginaire de Molière, devenu médecin l’espace d’un intermède. Je jure pourtant, ab imo pectore, que je ne leur avais pas parlé Latin mais Français classique. Alors, quis, quid, quod, ubi, quomodo, quando, cur et quibus auxiliis, par Jupiter, ont-ils cru ça? (2)

Comme si je n’avais pas vu, au cours d’une carrière déjà longue, un nombre préoccupant d’« homéopathes » qui, parce qu’ils étaient médecins et que l’homéopathie ne bénéficie pas d’une reconnaissance vraiment officielle en tant que spécialité, se permettaient sans vergogne aucune de se parer de ce titre au bout du deuxième ou troisième séminaire.

Si j’avais su, moi qui suis depuis toujours passionné de paléoanthropologie, que j’enfoncerais Yves Coppens en découvrant un nouvel embranchement de notre espèce: l’Homo Sapiens Therapeutus Infusus. J’hésite très franchement sur la qualification Sapiens.

Je n’ai pas envie de manger de ce pain-là. Je vous avouerai que mon premier mouvement a été de prendre la décision de supprimer ce stage.

Et puis, réflexion faite, non seulement je le maintiens mais je l’ouvre à tout public désirant se cultiver, puisque, après tout, il n’implique aucune qualification. Il est temps en effet d’apporter aux nombreuses personnes qui s’intéressent à ce domaine avec un esprit ouvert une information complète. Je souhaite qu’elle soit capable de contrebalancer les âneries que, dans les médias, balancent à tour de bras des gens non qualifiés, qui éprouvent simplement le besoin de se sentir exister, fût-ce au détriment des autres, en faisant passer des praticiens honnêtes pour des charlatans et des patients satisfaits pour de pauvres imbéciles crédules.

J’y inviterais bien ces détracteurs, mais j’ai très peur que leur intellect soit par trop borné et que leur niveau les cantonne à titre définitif dans la rédaction d’articles insipides, l’intérêt pour le football et la carrière politique. Chacun son niveau. Asinus asinum fricat. (3)

Et ce cours, je le dispenserai encore dans l’avenir dans le cadre très strict de l’école d’homéopathie que mon amie Martine Gardenal ne manquera pas de créer enfin dans l’année 2007. Elle sera présente à ce cours afin que nous puissions l’intégrer harmonieusement dans la ligne de son enseignement.

En quelque domaine que ce soit, je me refuserai systématiquement à devenir un personnage de Molière et à en créer d’autres:

Vivat, vivat, vivat, cent fois vivat
Novius doctor, qui tam bene parlat!
Mille, mille annis, et manget, et bibat
Et saignet, et tuat!
Puisse-t-il voir doctas
Suas ordonnancias
Omnium chirurgorum
Et apothicarum
Remplire boutiquas!(4)

Michel Larroche www.arc-energie.com, avec l’aimable assistance du Sieur Jean-Baptiste Pocquelin, dit Molière.

(1) Lire et relire Docteur Schtroumpf, de notre merveilleux Peyo, magicien de notre enfance, Ed. du Lombard.
(2) Ça, c’est du latin.
(3) Ça aussi …
(4) Et ça, presque …
  
Rubriques
 

Accueil

Services
-Creéz votre page sur Naturosanté
- Les pages des membres de Naturosanté
- Annuaire des praticiens de médecines alternatives
- Archives lettre d'information
- Annoncer un stage

Boutiques
-Audiocaments en téléchargement
- Naturosanté Boutique

Infos
- Troubles de santé
- Alimentation
- Bien-être - Beauté
- Hygiène
- Psychologie
- Recettes diététiques
- Jardinage biologique
- Livres
- Livres audio
- Disques
- DVD
- Jeux

Chroniques
- Homeophyto.com
- Daniel André
- arc-energie - Michel
  Larroche

- Michele Freud
- Sylvie Mioso
- L'Ayurvda, L'Art d'Etre
D. S. GUINOT

- Lymphoénergie

Evènements
- Stages
- Salons, concerts, conférences, ateliers

Dossiers
Sujets d'actualité

Magazines
Magazines au numro

Echanges
- Coups de gueule
- Témoignages

Recherche:


Catégories
Naturosanté

 
 
 
 

Inscription dans l'annuaire des praticiens de médecines alternatives      Proposer un site

  Annoncer un stage     Annoncer un évènement     Liens     Nous contacter      Notice légale     Qui sommes-nous ?

Boutique bio    Annuaire    Infos    Recettes diététiques    Alimentation biologique    Médecines douces    Dossiers    Chroniques

Copyright © 2000-2017 Naturosanté

Treks dans le désert
Chambres d'hôtes Le Petit Marray

 
http://www.mairie-saintnazaire.fr/refonte/dev/ext/ http://metro-num.com/infolettre/e-mailing3.html http://acadpharm.org/prix/aff_searches.php http://www.acavi.fr/anglais/postuter-offre.php http://www.aeronet-referencement.fr/devis-valids.php http://monsieur-le-chien.fr/blog/cron.php http://www.arbitrage-maritime.org/fr/2_baremess.php http://blog.emarketing.fr/config/ http://www.dakhla-hotel-sahara.com/img/nav.html http://ville-orange.fr/swf/avis/ http://cfa-eve.fr/media/Effectifs.html